Le Lobbyiste Olivier de Picard alerte contre « le come back médiatique du Duc d’Orléans »

———- Message transféré ———- De : faiçal laraichi <laraichi1@gmail.com>

Date : 8 février 2011 17:32

Objet : Re: de Olivier

À : levalois2009@gmail.com</laraichi1@gmail.com>

2011/2/8 Olivier LE PICARD <o.lepicard@cominst.com></o.lepicard@cominst.com>

Cher Fayçal

Le come back médiatique du Duc d’Orléans, qui répond à une demande de témoignages décalés de la part des journalistes, nécessite une vigilance accrue. D’autant qu’il sait jouer de sa qualité de 3ième prétendant au trône dans un pays, la France, toujours très sensible à cette dimension.

Son papier dans le Monde Diplomatique de février faisant suite à son interview dans Le Nouvel Observateur (même réseau) ont établi les bases de son lancement médiatique en France sur fond de crise tunisienne et égyptienne. Son intervention dans « Mots Croisés » sur France 2, hier parachève ce lancement et pourrait le positionner comme « expert » sur la crise actuelle, qualité qui s’ajoute à celle de « cousin du Roi du Maroc », ce qui en fait un parfait produit médiatique.

Le buzz dans les rédactions ce matin à son sujet montre qu’il pourrait avoir réussi son lancement.

Evidemment, il risque de buter très vite sur la spécificité marocaine et la légitimité de Sa Majesté, sans cesse confirmée par les reportages et interviews cités par la presse française. Cette spécificité, lui-même la reconnaît d’ailleurs : « la rancœur populaire, (au Maroc), n’a pas pris pour cible la Monarchie » (Le Monde Diplomatique, page 10).

A ce stade, donc, il nous parait utile de le « cantonner » à une expertise « intellectuelle » sur les pays arabes, finalement assez proche de la vision américaine simpliste de Grand Moyen Orient. Sans trop en rajouter, pour ne pas donner l’apparence d’une certaine fébrilité.

En revanche, s’il était contesté par des chercheurs ou spécialistes français, ce serait plus efficace : d’où l’importance des contacts comme celui de vendredi.

Sur le fond, on peut aussi contester sa posture de « conseiller du prince » : comment peut-il savoir ce qui est bon pour le Maroc, lui qui est coupé de la réalité de la vie de ce pays depuis des années et qui n’a pas les informations nécessaires à la prise de décision ?

Il nous apparait toutefois que les initiatives que ne manquera pas de prendre le patron dans les semaines à venir recadreront le Duc d’Orléans.

Nous vous proposons donc de surveiller étroitement en direct toutes ses sorties et ainsi nous pourrons déterminer sa stratégie, ses relais et les contrer plus facilement

Bien à vous

Olivier Le Picard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *