Ultimate magazine theme for WordPress.

Zineb El Rhazoui : « Hassan III ne gouvernera jamais »

Barcelone.- Dans une interview parue sur le site Web du quotidien catalan La Vanguardia, la journaliste et blogueuse marocaine Zineb El Rhazoui a déclaré, en faisant référence au prince héritier marocain que « Hassan III ne gouvernera jamais, c’est sûr ».

C’était à Barcelone, à l’occasion d’une table ronde organisée conjointement par l’IEMED (Institut européen de la Méditerranée) et la Fondation Bertelsmann dont le thème était : « La Méditerranée en transition« .
Zineb partageait la table ronde avec la blogueuse tunisienne Lilia Weslaty et la journaliste égyptienne Lina Attalah. Elle a été, selon La Vanguardia, « la voix la plus frappante« .

La journaliste, exilée aujourd’hui à Ljubljana, la capitale de la Slovénie, après avoir reçu des menaces de mort pour avoir déclaré dans une interview au quotidien algérien El Watan que « Mohamed VI est un dictateur », a répété les vérités qui dérangent.

“J’entends partout que le roi est magnifique, qu’il adore les pauvres et les femmes », a lancé au public la journaliste avant d’énumérer la longue liste des violations commises par le « magnifique » et « l’adorateur » des pauvres et des femmes. « Torture, prisons secrètes (Témara), liquidation de la presse, spoliation des biens publics, oppression contre la culture amazighe et les femmes, absence de justice indépendante, etc. »

El Rhazoui a expliqué aux participants de cette table ronde que « le roi possède à titre personnel plus de 65% de l’économie nationale », et que les juges marocains « continuent de recevoir des instructions par téléphone ».
« La dictature marocaine n’a pas d’autre objectif que sa propre survie. La monarchie est incapable de se réformer« , a-t-elle affirmé.

Au passage, la journaliste a égratigné la complicité de la France avec l’autocratie alaouite. « Nous sommes l’enfant chéri de la France« , a-t-elle ironisé.

Le Parti de la justice et du développement (PJD, au gouvernement) en a pris pour son grade. »Le PJD a été créé en 1998 avec l’aval de Driss Basri (…) Au Maroc, nous appelons le PJD : ‘les islamistes de Sa Majesté’. Ils sont plus royalistes que le roi« .

Même volée de bois vert pour le nouveau conseiller royal Fouad Ali El Himma, « quelqu’un qui personnifie la corruption politique et le pourrissement du système politique marocain« .

Tout de même, El Rhazoui s’est montrée optimiste. Pas pour la monarchie ni pour le régime (la principale photo de sa page Facebook est un tableau d’époque montrant la décapitation de Louis XVI…). Elle est plutôt optimiste pour le Mouvement du 20 février qui devrait, selon elle, aider à changer les choses. ¨Tout devrait se jouer cette année », a-t-elle précisé.

Selon La Vanguardia, l’intervention de Zineb El Rhazoui « a dû incommoder plus d’un parmi les présents« .

Normal. L’IEMED est une officine du gouvernement conservateur local issu de Convergència i Unió (« Convergence et Union » en catalan, un parti nationaliste catalan de droite), qui a une politique pour le moins hypocrite envers les Marocains et le régime marocain. Une partie de ses dirigeants, dont le franchement islamophobe et xénophobe Antoni Duran i Leeida, sont hostiles à l’immigration marocaine, paupérisée par la crise. Par contre, la Generalitat, le gouvernement local, cherche à tous prix à maintenir de bonnes relations avec l’autocratie alaouite. Elle ne prend aucun recul. Comme si les révolutions arabes n’avaient jamais eu lieu.

C’est donc bien qu’une jeune femme, de surcroît « très grande, svelte, vêtue avec élégance et avec des chaussures à talon aiguille« , comme l’écrit La Vanguardia, dise ces choses-là, au coeur de la Catalogne des notables.

Zineb El Rhazoui symbolise une nouvelle génération d’activistes marocains intraitables. Elle fait fi de toutes les convenances hypocrites de la société. Ça change un peu des vieilles gloires marxisantes, certes aguerries, honnêtes et sincères, mais qui lassent les petits bourgeois catalans qui n’ont que le mot « profit » dans la bouche.

Il y a fort à parier que Zineb El Rhazoui ne sera plus invitée par l’IEMED. Du moins dans un futur proche.

Ali Lmrabet

Demainonline

Tags : Maroc, Mohammed VI, Moulay Hassan, monarchie alaouite, dictature, répression,

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.