Marine Le Pen accuse la gauche d’inciter à une protestation de style ‘Capitol Hill’ en France

Après que le président Emmanuel Macron a demandé au Premier ministre centriste Gabriel Attal de rester en place pour gérer les affaires courantes, l'ancien député de La France Insoumise, Adrien Quatennens, avait accusé Macron de vouloir "voler" la victoire de la gauche et avait suggéré une "grande marche populaire" vers le bureau du Premier ministre.
  • Le Pen pointe du doigt la gauche et Macron dans la tourmente post-électorale
  • La gauche affirme qu’elle devrait avoir la chance de gouverner
  • Les centristes explorent les options de coalition

La leader du parti d’extrême-droite français, Marine Le Pen, a établi des parallèles mercredi entre l’appel d’un politicien de la gauche radicale à marcher vers le bureau du Premier ministre et l’assaut du Capitole par les partisans de l’ancien président américain Donald Trump.

Ces commentaires marquent un durcissement du discours de Le Pen, qui a présenté le vote tactique dans le scrutin parlementaire inconclusif de dimanche comme un complot de l’establishment visant à empêcher son parti d’accéder au pouvoir.

Le Nouveau Front Populaire de gauche (NFP) a remporté inopinément la majorité des sièges, mais sans qu’aucun groupe n’ait obtenu une majorité absolue, plongeant la France dans l’incertitude, sans chemin évident vers un gouvernement stable.

Le Pen a déclaré que le NFP adoptait des attitudes presque « subversives en appelant à prendre Matignon par la force, d’après ce que nous avons pu comprendre », en référence au bureau du Premier ministre.

« C’est leur assaut sur le Capitole », a ajouté Le Pen, faisant allusion à l’assaut du Capitole américain le 6 janvier 2021 par des partisans de Trump dans une tentative de renverser sa défaite électorale.

La France Insoumise, qui fait partie du NFP, a immédiatement rejeté son accusation.

Après que le président Emmanuel Macron a demandé au Premier ministre centriste Gabriel Attal de rester en place pour gérer les affaires courantes, l’ancien député de La France Insoumise, Adrien Quatennens, avait accusé Macron de vouloir « voler » la victoire de la gauche et avait suggéré une « grande marche populaire » vers le bureau du Premier ministre.

Quatennens a qualifié Le Pen de « folle » de voir son message pour une marche comme un appel à l’insurrection.

Le Pen a passé les dernières années à redorer l’image d’un parti autrefois connu pour ses attitudes xénophobes et antisémites, et elle doit maintenant décider de la direction à prendre pour percer et remporter le pouvoir lors de l’élection présidentielle de 2027.

Les sondages d’opinion avaient projeté que son parti anti-immigration et eurosceptique, le Rassemblement National (RN), remporterait les élections de dimanche, mais le RN a terminé troisième derrière le NFP et les centristes de Macron.

DISCUSSIONS FIÉVREUSES

Le NFP de gauche, qui regroupe La France Insoumise, les communistes, les Verts et les socialistes, continue de discuter pour tenter de s’entendre sur un cabinet et des plans politiques.

Face aux avertissements des agences de notation, des marchés financiers, de la Commission européenne et des partenaires de la zone euro de la France, tous surveillent de près la possibilité de briser l’impasse.

Il serait habituel pour Macron de faire appel au plus grand groupe parlementaire pour former un gouvernement, mais rien dans la constitution ne l’oblige à le faire.

Les options incluent une coalition large, un gouvernement minoritaire ou un gouvernement technocratique dirigé par une personne non affiliée politiquement, qui chercherait à faire adopter des lois au Parlement au cas par cas, avec des accords ad hoc.

Les téléphones sonnent constamment, ont déclaré des sources politiques à Reuters, certains centristes espérant maintenant pouvoir conclure un accord avec Les Républicains conservateurs et exclure la gauche.

« Je pense qu’il y a une alternative au Nouveau Front Populaire », a déclaré Aurore Bergé, une députée de haut rang du groupe Renaissance de Macron, à France 2 TV. « Je pense que les Français ne veulent pas que la plateforme du NFP soit mise en œuvre, je pense qu’ils ne veulent pas de hausses d’impôts. »

Tout gouvernement – de gauche, de centre, ou d’une coalition plus large – pourrait rapidement devenir victime d’un vote de confiance de l’opposition s’il n’a pas obtenu un soutien solide suffisant.

DIVISIONS

Le député Pieyre-Alexandre Anglade, de la Renaissance de Macron, a déclaré à Reuters qu’une large union des modérés de gauche et de droite était la seule solution viable.

Mais alors que d’autres dans le camp centriste poussent ouvertement pour un accord uniquement avec les conservateurs, François Cormier, également de la Renaissance, a déclaré que les membres du parti qui souhaitent également un accord avec la gauche pourraient constituer un groupe parlementaire dissident.

Un autre député du parti Renaissance de Macron a déclaré en privé que le RN de Le Pen jouerait inévitablement un rôle clé dans un Parlement très fragmenté, soulignant que le groupe est assez important pour influencer l’approbation des projets de loi ou non.

Macron, dont le mandat se termine en 2027, a convoqué le scrutin parlementaire après que son parti a été battu par l’extrême droite lors des élections européennes le mois dernier, déclarant que cela clarifierait le paysage – ce qui n’a pas été le cas.

« Pour le moins, ce n’est pas un grand succès pour Emmanuel Macron », a ironisé Le Pen.

Reuters

#France #Electionslégislatives #MarineLePen #RassemblementNational #Extrêmedroite

Visited 6 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*