Qatargate, l’assaut manqué des procureurs au Parlement européen

Les députés du Parlement Européen Antonio Panzeri et Eva Kaïli, principaux inculpés dans l'affaire Qatargate.

Le parquet fait taire le procès. L’ancien chef de la DNA Roberti : « On a presque l’impression qu’on veut cacher quelque chose. Et cela est dévastateur pour la crédibilité du Parlement européen. »

« On a presque l’impression qu’on veut cacher quelque chose. Et cela est dévastateur, aussi pour la crédibilité du Parlement européen, pour la crédibilité des institutions européennes, à un moment où, comme beaucoup d’entre nous le croient heureusement, l’Union européenne est essentielle pour les pays qui en font partie et pour le processus d’intégration, qui doit avancer. » C’est un jugement tranchant de Franco Roberti, ancien procureur en chef de la Direction nationale antimafia et député européen sortant du PD, sur le Qatargate.

Un véritable assaut contre l’institution européenne, non seulement de la part du parquet, mais aussi de la part de nombreux membres du Parlement, qui ont pris leurs distances en toute hâte avec les personnes impliquées sans approfondir la question. Pire : évitant de l’aborder, au point de répondre négativement à l’ex-vice-présidente Eva Kaili, qui avait demandé d’évaluer la possible violation de son immunité. De plus, ses interrogations à ce sujet sont restées sans réponse, tout comme l’appel lancé par Giuliano Pisapia, vice-président de la Commission des Affaires constitutionnelles et membre du groupe S&D, qui, dans les colonnes du Dubbio, avait parlé d’une agression brutale contre le Parlement européen, après la publication de la nouvelle d’agents en civil infiltrés dans les sessions des commissions parlementaires pour espionner le comportement des députés.

Un an et demi après les arrestations, l’enquête semble perdre de son élan. Et le parquet belge a tenté de faire taire l’affaire : pour maintenir un « climat serein », il a écrit en imposant le bâillon aux suspects et même à leurs défenseurs, sous peine d’arrestation. Ce bâillon a déjà été déclaré illégal par les juges belges. Alors voici une autre carte à jouer : faire taire le procès. La dernière nouveauté concerne la publicité des audiences : tandis que Kaili, Francesco Giorgi, Niccolò Figà-Talamanca et Marc Tarabella ont demandé l’ouverture des portes au public, aussi dans le but de faire émerger toutes les violations de la loi dénoncées à plusieurs reprises ces derniers mois, la présidente du Parlement européen Roberta Metsola et le parquet s’y sont opposés, demandant un procès à huis clos.

Mais pourquoi, après des mois et des mois d’actes dans la presse et d’interviews des enquêteurs, le procès devrait-il devenir une affaire privée ? Ce choix semble confirmer que l’enquête est loin d’être solide. Et elle est jalonnée de faits qu’il est euphémique de qualifier de bizarreries, à commencer par le conflit d’intérêts du juge d’instruction Michel Claise, qui a quitté l’enquête après que les défenses ont révélé le lien d’affaires entre le fils du magistrat et celui de Maria Arena, l’eurodéputée restée pendant des mois en dehors de l’enquête, bien que son nom soit apparu à plusieurs reprises dans les dossiers. Et une fois la maison d’Arena perquisitionnée, là aussi on a trouvé beaucoup d’argent en liquide. Mais si Kaili a été menottée, il n’en a pas été de même – heureusement – pour la parlementaire belge, dont l’immunité a été protégée.

Une méthode d’enquête qui fait pâlir les magistrats italiens, dit Roberti, convaincu que la culture de la preuve doit prévaloir sur tout. « Quand nous parlons de culture de la preuve, de quoi parlons-nous ? Avant même l’évaluation, nous parlons de la transparence et des garanties, des procédures d’acquisition de la preuve – souligne-t-il. Ce qui s’est passé avec le Qatargate est la négation de cette culture, en particulier de la procédure d’acquisition de la preuve. Il y a tous les éléments pour dire que les choses ne se sont pas bien passées. » Un jugement net, dur, face à des faits éloignés de plusieurs années-lumière de l’État de droit.

Il y a de nombreux actes dont les défenses ont été tenues dans l’ignorance, sans compter ce qu’a déclaré le chef inspecteur de l’enquête, qui en parlant à Giorgi (qui a tout enregistré) a admis que les enquêteurs ne croiraient pas un mot de Pier Antonio Panzeri, le chef présumé de l’organisation dédiée à la corruption internationale au sein du Parlement européen, ainsi que le « repenti » qui a conduit en prison, par ses déclarations, de nombreux co-accusés, mais dont la confession, selon les défenses, aurait été « extorquée » en échange de la libération de sa femme et de sa fille. Tout cela est mis noir sur blanc, mais même cela n’a pas suffi à inverser la tendance et garantir la transparence.

« Justement parce qu’il s’agissait d’accusations gravissimes – poursuit Roberti –, qui pouvaient faire penser et feraient encore penser à une zone étendue de corruption au sein du Parlement européen, il fallait le maximum de garanties pour les accusés et pour les enquêtes, ainsi que la transparence, même dans la communication des résultats des enquêtes. Tout cela a complètement manqué et c’est d’une gravité exceptionnelle, car cela dénote la faible attention de la magistrature belge et de la police belge aux garanties. Il fallait la transparence maximale et la complétude maximale de l’information. Tout cela n’est pas arrivé et continue de ne pas arriver, avec la complicité des responsables des institutions européennes qui ne demandent pas, comme nous l’avons demandé à plusieurs reprises, le maximum d’information, de connaissance de ce phénomène. Que veut-on couvrir avec ce silence ? Que veut-on cacher ? Au-delà des premiers actes d’enquête, de l’argent trouvé, des confessions plus ou moins concordées et plus ou moins vraies ou fausses de Panzeri, nous ne savons rien. La magistrature italienne est horrifiée par ce spectacle de réticence et de silence et de couvertures d’une enquête aussi importante. »

Pour sa part, Claise continue de défendre la qualité de l’enquête. Même sans porter la toge, qu’il a quittée en prenant sa retraite pour se lancer en politique : l’ancien magistrat est en effet candidat aux élections belges avec le parti centriste DéFi, avec lequel il espère pouvoir créer un parquet financier indépendant. Mais le Qatargate semble encore le tourmenter.

Non seulement à cause des menaces qu’il a dénoncé avoir reçues pour cette enquête retentissante, mais aussi à cause des accusations portées par les suspects et les critiques, envers lesquels il menace de porter plainte. Son dernier commentaire à ce sujet a été dans le podcast « Untold » du Financial Times, qui a tenté d’obtenir son commentaire dans l’épisode où était également invitée Kaili. « Je ne veux pas être dans la même émission qu’Eva, car Eva est une menteuse », a-t-il commenté.

Mais ensuite, les micros éteints, il a parlé pendant 45 minutes avec la journaliste Laura Dubois, qui a essayé de lui demander s’il y aurait d’autres surprises. « Je peux te promettre qu’après le printemps, viendra l’été », a-t-il dit laconiquement. Ce qu’il veut dire n’est pas connu. Mais il est certain qu’il n’a pas voulu dire un mot sur ce que Pisapia considère comme un cas de « véritable constitution de dossier ». « Le “Qatargate” et l’activité menée par la police et les services belges lors des enquêtes – avait souligné – n’étaient rien d’autre qu’un ensemble de violations des principes fondamentaux du droit et des droits individuels et collectifs. »

Etiquettes : Qatargate, Marocgate, Maroc, Qatarg, Parlement Européen, corruption, lobbying,

Visited 2 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*