Congo : Les américains impliqués dans la tentative de coup d’État ont déclaré avoir été forcés de participer

Malanga, âgé de 22 ans, a expliqué qu'il était venu au Congo pour voir son père, qu'il n'avait pas vu depuis 2021, à son invitation, ajoutant qu'il n'avait jamais visité le pays auparavant.

Etiquettes : Congo, américains, tentative de coup d’Etat, tribunal, Marcel Malanga, Christian Malanga, Benjamin Zalman-Polun,

Deux citoyens américains jugés pour leur rôle dans une tentative de coup en mai ont déclaré au tribunal vendredi qu’ils avaient été menacés par le chef du coup d’être tués s’ils ne se joignaient pas.

“Mon père avait menacé de nous tuer si nous ne suivions pas ses ordres”, a déclaré Marcel Malanga, fils de Christian Malanga, politicien congolais basé aux États-Unis, tué par les forces de sécurité après l’occupation temporaire d’un bureau de la présidence à Kinshasa le 19 mai.

Malanga et Benjamin Zalman-Polun, qui ont tous deux comparu pour la première fois depuis le début du procès, ont nié toute implication dans la tentative de coup.

Malanga, âgé de 22 ans, a expliqué qu’il était venu au Congo pour voir son père, qu’il n’avait pas vu depuis 2021, à son invitation, ajoutant qu’il n’avait jamais visité le pays auparavant.

“Je suis Américain, je ne parle ni français ni lingala”, a-t-il précisé devant le tribunal militaire à Kinshasa.

Malanga et Zalman-Polun font partie d’un groupe de plus de 50 personnes, comprenant des citoyens américains, britanniques, canadiens, belges et congolais, qui sont jugées pour leur implication présumée dans le coup manqué.

Ils font face à diverses accusations, y compris la possession illégale d’armes, conspiration criminelle et terrorisme, ainsi que tentative de déstabilisation des institutions de l’État et atteinte à l’intégrité de l’État, certains des chefs d’accusation pouvant entraîner la peine de mort ou de longues peines de prison.

Zalman-Polun a déclaré au tribunal qu’il était un associé commercial de longue date de Malanga, mais qu’il n’avait rien à voir avec la planification de la tentative de coup.

“J’ai rencontré Malanga en 2013, nous avions toujours entretenu des relations basées sur des activités minières au Swaziland et au Mozambique, il n’avait jamais été aussi violent”, a-t-il affirmé.

Le procès a été ajourné jusqu’au lundi 8 juillet.

#Congo #CoupdEtat #Malanga #ZalmanPolun #Tribunal #américains

Visited 3 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*