Le Maroc, client majeur des armes israélienne, même avant la normalisation

Le SIPRI a rapporté il y a six mois que le Maroc souhaitait acquérir auprès d'Israël deux satellites espions Ofek 13.

Etiquettes : Maroc, Israël, Israel Aerospace Industries, IAI, armes, satellites espions,

Principaux systèmes de défense israéliens acquis par le Maroc, aboutissant à un contrat d’un milliard de dollars avec IAI, qui, selon les médias étrangers, concerne les satellites espions Ofek.

L’entreprise Israel Aerospace Industries (IAI) a annoncé hier un accord d’une valeur d’un milliard de dollars sur cinq ans avec un tiers non identifié. Les médias étrangers ont affirmé que l’accord concernait des satellites, dont les premières informations avaient été annoncées l’année dernière. La présence du président de l’IAI, Amir Peretz, au Maroc lors de l’annonce de l’accord a encore renforcé ces rumeurs.

Le Maroc est l’un des pays arabes qui ont normalisé leurs relations avec Israël dans le cadre des accords d’Abraham en 2020. Son influence sur l’industrie de défense israélienne a été la plus significative. Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), entre 2019 et 2023, Israël était le neuvième exportateur mondial d’équipements de défense. Le SIPRI a constaté que même si le Maroc et Israël n’ont normalisé leurs relations qu’en décembre 2020, Israël occupait déjà la troisième place en termes d’importations de matériel de défense du Maroc, fournissant 11 % de ses besoins.

Les défis du Maroc

Depuis que Peretz a été nommé président de l’IAI, l’entreprise est devenue un acteur majeur de l’industrie de défense marocaine. Le SIPRI a rapporté il y a six mois que le Maroc souhaitait acquérir auprès d’Israël deux satellites espions Ofek 13. Ces satellites d’observation sont considérés comme l’un des meilleurs au monde et sont utilisés par l’unité de renseignement 9900 de l’armée israélienne, chargée de recueillir et d’extraire des renseignements visuo-géographiques.

Cet accord s’avère intéressant dans le contexte de la compétition commerciale entre les grandes entreprises de défense israéliennes et françaises. Le Maroc a préféré le satellite Ofek 13 à ceux d’Airbus et de Thales, ses précédents fournisseurs dans le domaine. Quelques mois plus tard, le président français Emmanuel Macron décide d’éloigner les entreprises israéliennes du prestigieux salon de défense et d’aéronautique Eurosatory à Paris.

Si la France a attribué cette décision à la guerre à Gaza, on peut supposer que des considérations politico-économiques ont également motivé cette décision. Le président français a probablement été influencé par la vente historique du système de défense aérienne longue portée Arrow 3 à l’Allemagne pour 3,5 milliards de dollars, et du système de défense aérienne moyenne portée David’s Sling de Rafael à la Finlande pour 316 millions d’euros. De telles transactions mettent les technologies israéliennes à la une des journaux et, contrairement à la plupart des systèmes français, elles ont fait leurs preuves sur le champ de bataille.

Ce dernier accord s’ajoute à ceux signés par Israël avec le Maroc. IAI a vendu le système de défense aérienne Barak MX au Maroc en 2022 pour 540 millions de dollars. Le système comprend trois intercepteurs : le Barak MRAD d’une portée allant jusqu’à 35 kilomètres ; le Barak LRAD d’une portée allant jusqu’à 70 kilomètres ; et le Barak ER d’une portée allant jusqu’à 150 kilomètres. L’année dernière, le site Internet « Intelligence Online » avait également rapporté qu’IAI avait achevé la livraison de trois drones Heron 1 au Maroc. Cet accord de 48 millions de dollars était inhabituel car il avait été signé en 2014, par le biais d’une coentreprise entre IAI et Airbus.

Un autre acteur important dans le domaine des achats de défense au Maroc est BlueBird Aero Systems, dont IAI détient depuis 2020 une participation de 50 %. Ces dernières années, BlueBird a fourni au Maroc divers produits tels que la munition de surveillance SpyX, ainsi que WonderB et ThunderB – des systèmes sans pilote qui décollent et atterrissent verticalement. Le PDG de BlueBird, Ronen Nadir, a déclaré au site Web « ZM » en avril que la société avait même installé une usine de production au Maroc, qui devrait bientôt commencer à fonctionner.

Sur le plan géopolitique régional, les achats massifs de matériel de défense marocain auprès d’Israël ont constitué ces derniers mois un défi plus que jamais pour Rabat. Cependant, le Maroc doit faire face à d’importants défis sécuritaires qui nécessitent d’être résolus, en particulier au Sahara occidental et dans son voisin oriental, l’Algérie, qui est un ami ancien et proche des organisations terroristes palestiniennes.

En juillet 2023, lors de l’opération de l’armée israélienne dans le camp de réfugiés de Jénine, un haut responsable du Hamas, Khaled Mashal, s’est exprimé à la Grande Mosquée d’Alger et a félicité l’Algérie pour sa « position héroïque dans la lutte palestinienne » à Jénine. Au même moment, le président algérien Abd al-Maj?d Tabb?n a annoncé l’octroi de 30 millions de dollars pour la reconstruction des dégâts à Jénine.

L’Algérie est également un important soutien du Front Polisario, un mouvement séparatiste qui milite pour l’indépendance du Sahara occidental. Israël, de son côté, a annoncé officiellement l’an dernier sa reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.

Les critiques du Maroc sur la question du Sahara occidental se sont récemment employées à mettre en évidence l’utilisation de missiles israéliens pendant la guerre à Gaza. Le journal français de gauche “L’Humanité” a rapporté il y a quatre mois que l’armée marocaine opère depuis une base à l’aéroport de Smara, au Sahara occidental, avec des drones Hermes 900 et Hermes 450 d’Elbit Systems. Les mêmes drones sont également utilisés aujourd’hui par Israël à Gaza.

L’année dernière, le site Internet Intercept a publié un rapport de Federico Borsari, chercheur spécialisé dans les technologies sans pilote au Center for European Policy Analysis (CEPA). Selon lui, le Maroc possède environ 150 avions capables de décoller verticalement (WonderB, ThunderB et SpyX de Blue Bird), trois drones Heron d’IAI et des systèmes de munitions à rôdeur Harop d’IAI, ainsi que quatre drones Hermes d’Elbit Systems.

Pas seulement des armes

La coopération sécuritaire entre Israël et le Maroc ne se limite pas à l’armement. Le nouveau navire de débarquement de Tsahal, l’INS Komemiyut, est arrivé en Israël il y a environ un mois en provenance des Etats-Unis, après une escale au Maroc pour se ravitailler en carburant au cours de son long voyage de Pascagoula, dans le Mississippi, à la base navale de Haïfa. A Tanger, l’équipage a fait le plein de carburant et de nourriture pour poursuivre sa route vers Israël.

Un autre domaine dans lequel les deux pays et les entreprises de défense sont impliqués est le monde de la recherche. L’IAI a signé l’année dernière un mémorandum d’entente (MoU) avec l’Université internationale de Rabat (UIR) pour établir un centre d’excellence dans les domaines de l’aéronautique, de l’IA et de l’innovation.

#Maroc #Israël #armes #satellitesespions

Visited 2 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*