La France vire à gauche avec le risque d’une paralysie politique

La gauche a remporté 182 sièges, l'alliance centriste de Macron 168 et le Rassemblement national (RN) de Le Pen et ses alliés 143, selon les données du ministère de l'Intérieur citées par le journal Le Monde.

Etiquettes : France, élections législatives, Nouveau Front Populaire, Rassemblement National, extrême droite, Jordan Bardella, Emmanuel Macron, Marine Le Pen,

  • Le bloc de gauche arrive en tête mais pas de majorité au parlement
  • Les centristes de Macron en deuxième position, le RN d’extrême droite en troisième position
  • Un résultat inattendu laisse la France dans l’incertitude avant les Jeux olympiques
  • Le Premier ministre Attal a annoncé sa démission mais pourrait rester en poste

La France était confrontée à un parlement sans majorité et à la perspective de négociations difficiles à partir de lundi pour former un gouvernement, après qu’une poussée surprise de la gauche a bloqué la quête de Marine Le Pen pour amener l’extrême droite au pouvoir.

Le Nouveau Front populaire (NFP) de gauche est devenu la force dominante à l’Assemblée nationale après les élections de dimanche, mais aucun groupe n’ayant obtenu une majorité fonctionnelle, les possibilités incluent la formation d’un gouvernement minoritaire par le NFP ou la construction d’une large coalition difficile à gérer.

Le résultat a porté un coup dur au président Emmanuel Macron et laisse la deuxième économie de la zone euro dans l’incertitude, annonçant une période d’instabilité politique à quelques semaines de l’organisation des Jeux olympiques à Paris.

Macron s’est retrouvé avec un Parlement extrêmement fragmenté, ce qui devrait affaiblir le rôle de la France dans l’Union européenne et au-delà, et rendre difficile pour quiconque de faire passer un programme national.

La gauche a remporté 182 sièges, l’alliance centriste de Macron 168 et le Rassemblement national (RN) de Le Pen et ses alliés 143, selon les données du ministère de l’Intérieur citées par le journal Le Monde.

« Selon la logique de nos institutions, Emmanuel Macron devrait aujourd’hui inviter officiellement le Nouveau Front populaire à nommer un Premier ministre », a déclaré la dirigeante des Verts Marine Tondelier, l’une des nombreuses personnalités du NFP considérées comme des candidates potentielles à ce poste.

« Le fera-t-il ou ne le fera-t-il pas ? Comme ce président est toujours plein de surprises, on verra bien », a-t-elle déclaré sur la radio RTL.

Le Premier ministre Gabriel Attal a déclaré qu’il présenterait sa démission, mais il n’était pas certain que le président l’accepterait immédiatement, compte tenu de la tâche ardue qui l’attend pour former un gouvernement. Attal a déclaré qu’il serait prêt à rester en poste dans un rôle d’intérim.

« Je remplirai bien sûr mes fonctions aussi longtemps que nécessaire – il ne peut en être autrement à la veille d’une date (les Jeux olympiques) qui est si importante pour notre pays », a déclaré Attal alors qu’il devenait clair que l’alliance de Macron avait subi un revers humiliant.

Fortement divisé

Les partis du NFP – composé du Parti communiste français, de la France insoumise d’extrême gauche, des Verts et du Parti socialiste – se sont réunis dans la nuit pour les premières discussions sur la manière de procéder.

Le chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a déclaré que le nouveau Premier ministre devrait provenir du NFP. Cependant, le bloc n’a pas de chef, et ses partis sont fortement divisés sur la personne qu’ils pourraient choisir comme Premier ministre approprié.

Certaines personnalités centristes de premier plan, dont Edouard Philippe, ancien Premier ministre sous Macron, ont déclaré qu’elles étaient prêtes à travailler sur un pacte pour assurer un gouvernement stable, mais qu’elles n’étaient pas prêtes à travailler avec la France insoumise de Mélenchon – une force considérée par de nombreux centristes français comme tout aussi extrémiste que le RN.

Yael Braun-Pivet, députée du parti de Macron qui était présidente de l’Assemblée nationale avant les élections, a déclaré que la culture politique française devrait évoluer, devenir moins antagoniste et plus coopérative entre les partis.

« Le message que j’entends des électeurs est ‘personne n’a la majorité absolue, donc vous devez travailler ensemble pour trouver des solutions à nos problèmes' », a-t-elle déclaré à la télévision France 2.

L’euro a chuté dimanche après l’annonce des projections de vote.

« Il va vraiment y avoir un vide en ce qui concerne la capacité législative de la France », a déclaré Simon Harvey, responsable de l’analyse des devises chez Monex Europe à Londres.

Vote unifié anti-RN

Pour le RN de Marine Le Pen, le résultat est loin des semaines pendant lesquelles les sondages d’opinion ont constamment prévu qu’il gagnerait facilement.

Les alliances de gauche et du centre ont coopéré après le premier tour de vote la semaine dernière en retirant des dizaines de candidats des courses à trois pour construire un vote anti-RN unifié.

Dans sa première réaction, le chef du RN, Jordan Bardella, protégé de Marine Le Pen, a qualifié la coopération entre les forces anti-RN d' »alliance honteuse » qui, selon lui, paralyserait la France.

Marine Le Pen, qui sera probablement la candidate du parti à l’élection présidentielle de 2027, a cependant estimé que le scrutin de dimanche, au cours duquel le RN a réalisé des gains importants par rapport aux élections précédentes, avait semé les graines de l’avenir.

« Notre victoire n’a été que retardée », a-t-elle déclaré.

A la tombée de la nuit, la statue de Marianne, place de la République, a été illuminée par des feux d’artifice au milieu des célébrations des sympathisants de gauche. Marianne est un symbole national de la France, représentant la raison, la liberté et les idéaux de la République.

Baptiste Fourastié, un designer de 23 ans, place de la République, a déclaré : « On ne s’y attendait pas, les sondages non plus. Nous sommes heureux que les Français aient réussi une fois de plus à faire barrage à l’extrême droite ».

Il craint toutefois que la droite ne gagne en force et ne l’emporte la prochaine fois si le prochain gouvernement n’est pas irréprochable.

« Ce sera difficile avec un parlement sans majorité absolue, mais c’est mieux que si c’était l’extrême droite (en tête) », a-t-il ajouté.

Reuters

#France #élections #Macron #RassemblementNational #NouveauFrontPopulaire

Visited 6 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*