La CEDEAO demande la médiation du président sénégalais

Lors de son sommet dans la capitale nigériane Abuja, le bloc - connu sous le nom de CEDEAO - a nommé Faye comme envoyé pour rencontrer le Mali, le Niger et le Burkina Faso, qui ont formé leur union distincte après que leurs coups d'État respectifs ont fracturé les relations avec leurs voisins.

Etiquettes : CEDEAO, Confédération des Etats du Sahel, Mali, Niger, Burkina Faso, Sénégal, Diomaye Bassirou,

Le bloc régional divisé de l’Afrique de l’Ouest a demandé dimanche au président sénégalais Bassirou Diomaye Faye d’avoir un dialogue avec les trois États membres dirigés par la junte militaire pour tenter de réunifier la région dont la stabilité est menacée après leur décision de quitter le groupe en janvier.

Lors de son sommet dans la capitale nigériane Abuja, le bloc – connu sous le nom de CEDEAO – a nommé Faye comme envoyé pour rencontrer le Mali, le Niger et le Burkina Faso, qui ont formé leur union distincte après que leurs coups d’État respectifs ont fracturé les relations avec leurs voisins.

Les termes du dialogue n’ont pas été précisés dans l’immédiat. Le président sénégalais, devenu le plus jeune président d’Afrique après sa victoire électorale en mars, « a toutes les qualités requises pour jouer un rôle de facilitateur », a déclaré Omar Alieu Touray, le président de la Commission de la CEDEAO, lors du sommet.

Les trois pays frappés par le coup d’Etat avaient déjà déclaré la veille, lors de leur sommet, qu’ils avaient « irrévocablement tourné le dos à la CEDEAO ». C’est la première fois en près de 50 ans d’histoire que le bloc perd des membres de cette manière.

Les analystes estiment que la mission de Faye est importante dans un contexte de crise régionale sans précédent. Pourtant, elle ne sera probablement pas « fructueuse dans un avenir proche » en raison des tensions régionales qui persistent, a déclaré Karim Manuel, analyste pour le Moyen-Orient et l’Afrique à l’Economist Intelligence Unit.

Touray a déclaré que le bloc traversait la pire période depuis des années. « Notre région est également confrontée à des risques de désintégration », a-t-il ajouté.

« Quand on se retire d’un accord, on n’en devient pas forcément partie prenante. S’il s’agit de libre-échange, de libre circulation des personnes, le risque de perdre ces concessions demeure », a déclaré Touray.

En plus des projets économiques que la CEDEAO a annoncé devoir suspendre dans les trois pays en cas de non-retour, leur retrait pourrait également affecter leurs citoyens. La CEDEAO, en tant que principale autorité politique et économique de l’Afrique de l’Ouest, offre le libre-échange et la libre circulation sans visa au sein des États membres.

Le départ des trois pays de l’UE pourrait également avoir des répercussions sur leurs voisins sur différents fronts. Ils partagent tous des frontières communes et des crises sécuritaires meurtrières qui se propagent désormais dans toute la région et pour lesquelles l’UE cherche à s’associer. Les observateurs ont également averti que les coups d’État dans ces pays pourraient enhardir d’autres armées, en particulier dans les pays où les citoyens se plaignent de ne pas bénéficier de leurs riches ressources naturelles.

Le président nigérian Bola Tinubu, à qui il a été demandé de continuer à présider le bloc alors que son mandat d’un an touchait à sa fin, a appelé à des partenariats plus forts et nouveaux pour développer la région au milieu de ses « énormes défis ».

« Ensemble, nous pouvons ouvrir la voie à un avenir prospère pour toute l’Afrique de l’Ouest », a déclaré Tinubu.

Associated Press

#Sahel #CEDEAO #Mali #Niger #BurkinaFaso #ConfédérationSahel

Visited 7 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*