Le Maroc remporte la présidence du CDH de l’ONU après une confrontation avec l’Afrique du Sud

Les groupes de défense des droits disent que le nouveau rôle du Maroc devrait l'inciter à protéger les droits de l'homme au plus haut niveau.

Etiquettes : Maroc, Conseil des droits de l’homme, CDH, ONU, Afrique du Sud,

Le Maroc a remporté un vote mercredi pour diriger le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies après une confrontation houleuse avec l’Afrique du Sud, qui a déclaré que le bilan des droits de l’homme de Rabat le rendait inapte à présider l’organisme.

Le candidat marocain, l’ambassadeur Omar Zniber, a reçu 30 voix, tandis que son adversaire sud-africain, l’ambassadeur Mxolisi Nkosi, en a obtenu 17 lors d’un scrutin secret à Genève. Avant le vote, Nkosi a déclaré à Reuters que le Maroc était « l’antithèse de ce que le conseil représente » et que l’élection du pays saperait la crédibilité de l’organisme.

Le Maroc, à son tour, a accusé l’Afrique du Sud et certains autres États africains de saper ses efforts pour occuper le poste, une position prestigieuse mais principalement symbolique. « L’élection du Royaume, soutenue par un grand nombre de pays à travers le monde malgré les efforts de l’Algérie et de l’Afrique du Sud pour la contrer, démontre la confiance et la crédibilité inspirées par les actions extérieures du Maroc…, » a déclaré le ministère marocain des Affaires étrangères.

Le vote marque un rare différend public au sein du groupe africain, dont c’était le tour de diriger le conseil de 47 membres. Il s’efforce normalement de prendre des décisions en bloc. Le différend porte en partie sur la revendication de souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, où le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, cherche l’indépendance.

Le Maroc a nié les allégations de violations des droits contre ses opposants là-bas. Dans le cadre d’une stratégie plus large, le Maroc a courtisé des pays, y compris des voisins africains, pour obtenir un soutien à ses politiques pour l’ancien territoire espagnol. Il n’a pas réussi à obtenir le soutien de l’Afrique du Sud, qui a aidé à organiser un événement pour promouvoir l’autodétermination du peuple sahraoui à Genève l’année dernière.

Les groupes de défense des droits disent que le nouveau rôle du Maroc devrait l’inciter à protéger les droits de l’homme au plus haut niveau. « En particulier, le Maroc doit s’abstenir d’intimider ou de prendre des mesures de représailles contre les défenseurs des droits de l’homme engageant des dialogues avec l’ONU, » a déclaré Tess McEvoy, co-directrice du bureau de New York du groupe de plaidoyer International Service for Human Rights.

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui se réunit plusieurs fois par an, est le seul organisme mondial intergouvernemental conçu pour protéger les droits de l’homme dans le monde entier. Il peut augmenter la surveillance des bilans des droits de l’homme des pays et autoriser des enquêtes.

Reuters

#Maroc #CDH #ONU #droits

Visited 3 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*