Dans un rare désaccord africain, l’Afrique du Sud défie le Maroc pour diriger le Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Le Maroc revendique la souveraineté sur le Sahara occidental, où le Front Polisario soutenu par l'Algérie cherche l'indépendance. Rabat a nié les accusations d'abus des droits contre ses opposants là-bas.

Etiquettes : Maroc, Afrique du Sud, Conseil des droits de l’homme, ONU, Sahara Occidental,

L’Afrique du Sud et le Maroc s’affrontent pour la présidence du principal organe de l’ONU sur les droits de l’homme avant un vote prévu mercredi, avec l’Afrique du Sud affirmant que Rabat a commis des violations au Sahara occidental et n’a aucune crédibilité pour diriger cet organe.

Pour seulement la deuxième fois en 17 ans d’histoire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, l’organe est sans président en début d’année et le choix se fera par un vote secret.

C’est un rare désaccord public au sein du groupe africain, qui a normalement pour pratique de prendre des décisions en bloc. Les diplomates disent que le résultat du vote pour la présidence annuelle, un poste prestigieux mais principalement symbolique qui peut aider à dynamiser les carrières politiques des ambassadeurs, est trop serré pour être prédit.

Le Maroc revendique la souveraineté sur le Sahara occidental, où le Front Polisario soutenu par l’Algérie cherche l’indépendance. Rabat a nié les accusations d’abus des droits contre ses opposants là-bas.

Dans le cadre d’une stratégie plus large, le Maroc courtise des pays, y compris ses voisins africains, pour obtenir leur soutien à ses politiques concernant l’ancien territoire espagnol.

Mais il n’a pas convaincu l’Afrique du Sud, qui a aidé à organiser un événement pour promouvoir l’autodétermination du peuple sahraoui à Genève l’année dernière.

L’ambassadeur de l’Afrique du Sud, Mxolisi Nkosi, a déclaré à Reuters que son expérience dans la lutte contre l’apartheid et sa réputation de bâtisseur de ponts en faisaient un candidat solide.

En revanche, il a déclaré que le Maroc était « l’antithèse de ce que le conseil représente ».

« Pour un pays avec tous ces défis d’aspirer à être le visage du Conseil des droits de l’homme, et, que Dieu nous en préserve, s’ils sont élus, cela brisera tout ce qu’il reste de légitimité à ce conseil », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur marocain candidat, Omar Zniber, a déclaré que Rabat avait obtenu le soutien de l’Union africaine il y a plusieurs mois en tant que seul candidat et qu’il s’agissait d’un pays respectueux de la loi qui avait réalisé des progrès significatifs en matière de droits de l’homme. Il a rejeté les critiques de ses politiques au Sahara occidental comme étant « mensonges et propagande ».

Le conseil se réunit plusieurs fois par an à Genève. C’est le seul organe intergouvernemental mondial chargé de protéger les droits de l’homme à l’échelle mondiale et il peut renforcer l’examen des bilans des droits de l’homme des pays et autoriser des enquêtes.

Reuters

#Maroc #CDH #ONU #AfriqueDuSud

Visited 4 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*