Au Maroc, la carte de Netanyahu suscite la colère du Makhzen

Etiquettes : Maroc, Benjamin Netanyahu, Sahara Occidental, carte, normalisation, Accords d’Abraham,

Netanyahu montre à la télévision une carte du Maroc qui n’inclut pas le Sahara occidental

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est apparu ce jeudi dans une interview accordée à une chaîne de télévision française affichant une carte de l’Afrique du Nord et du monde arabe dans laquelle apparaît le Maroc sans inclure le Sahara occidental dans ses frontières malgré le fait que le gouvernement israélien a reconnu l’année dernière la marocanité du ancienne colonie espagnole en échange de la normalisation des liens avec Rabat.

L’interview elle-même, diffusée jeudi soir sur la chaîne de télévision française TF1, avait déjà suscité la polémique avant d’être diffusée dans son intégralité. Des députés de La Francia Insumisa, le mouvement de gauche de Jean-Luc Mélenchon, avaient protesté contre ce qu’ils considéraient comme l’interview d’un « criminel de guerre » suite au mandat d’arrêt émis il y a deux semaines par le procureur de la Cour pénale internationale et au fait que l’affaire de génocide soit en cours. entendu devant la Cour internationale de Justice. « En France, un député est puni pour avoir brandi le drapeau d’un peuple qu’on massacre. Quiconque bombarde et massacre est invité à apparaître à la télévision. C’est sombre et macabre », a ajouté l’un des députés, Antoine Léaument, qui a appelé boycotter la chaîne 1.

Cependant, l’un des moments les plus marquants de l’interview est celui où Netanyahu a montré devant les caméras une carte du monde arabe sur laquelle apparaît le Maroc sans le Sahara occidental. « Vous voyez la carte du monde arabe. Israël n’est qu’un petit point rouge », a expliqué Netanyahu, indiquant l’emplacement de l’Etat juif. Le Premier ministre israélien a une nouvelle fois accusé l’Iran de vouloir conquérir le Moyen-Orient et « ensuite attaquer l’Europe, y compris la France ».

Des sources israéliennes assurent que l’utilisation de ladite carte est le produit d' »une erreur technique  » . « Nous nous excusons pour cette erreur technique. Israël et le Maroc sont frères et nous ne reviendrons pas sur notre reconnaissance historique de l’identité marocaine du Sahara », a déclaré Hassan Kaabia, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères auprès des médias arabes, dans un communiqué sur son compte du réseau social X.

En juillet dernier, la Maison royale alaouite avait indiqué avoir reçu une lettre de Netanyahu dans laquelle il reconnaissait la souveraineté marocaine sur le territoire contesté du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole et considérée par l’ONU comme un « territoire non autonome » en attente de décolonisation. Quelques heures plus tard, Tel Aviv a confirmé cette décision. Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza en octobre dernier, le régime marocain s’est efforcé de préserver ses liens avec Israël malgré l’opposition populaire, qui exige la rupture des relations diplomatiques.

Accords d’Abraham

La reconnaissance par Israël de la prétendue identité marocaine du Sahara occidental, dernier territoire décolonisé du continent africain, est une étape de plus dans le processus entamé le 10 décembre 2020 lorsque le président américain de l’époque, Donald Trump, a reconnu via tweet « la souveraineté marocaine ». sur l’ancienne colonie espagnole ».

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Joe Biden n’a pas inversé la position américaine dans le conflit, mais il a apporté des nuances. En mai 2023, le Département d’État américain a déclaré que le plan d’autonomie proposé par Rabat n’était qu’« une approche parmi tant d’autres possibles ».

« Nous continuons de considérer le projet d’autonomie du Maroc comme sérieux, crédible, réaliste et comme l’une des nombreuses approches possibles pour répondre aux aspirations du peuple du Sahara occidental », a averti le porte-parole adjoint du Département d’Etat américain, Vedant Patel, après l’entretien téléphonique entre le secrétaire d’Etat et le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken et son homologue marocain, le ministre des Affaires étrangères Naser Burita.

#Maroc #Israël #carte #SaharaOccidental #Netanyahu #normalisation #AccordsdAbraham

Visited 10 times, 1 visit(s) today