Des migrants sénégalais en grève de la faim au Sahara occidental après une interception par la marine marocaine

Etiquettes : Sahara Occidental, Maroc, Sénégal, migrants africains, Iles Canaries, Bir Gandouz,

Quelques semaines après que la marine marocaine a intercepté leur bateau en route vers les îles Canaries espagnoles, 18 migrants sénégalais déclarent qu’ils sont en grève de la faim pour protester contre leur détention en cours à Bir Gandouz, au Sahara occidental.

Les migrants ont documenté leur interception en mer dans une vidéo tremblante et granuleuse, qu’ils ont ensuite partagée avec The Continent.

«C’est vraiment douloureux. Nous ne sommes qu’à 500 km de l’Espagne ! Nous avons navigué jusqu’ici pour nous faire prendre après avoir dépensé plus de 500 000 francs CFA (15 000 rands) ! s’exclame un homme.

Entre jurons et rires sardoniques, un autre homme sur le bateau déclare : « Je ne sais vraiment pas quoi penser en ce moment. »

Les migrants ont été emmenés à Bir Gandouz où ils ont rencontré d’autres personnes venant de Guinée et de Gambie. Quelques jours plus tard, le 9 mai, ils ont atteint le continent pour la première fois.

« Nous sommes super fatigués. Ils nous ont laissés ici. Ils ne veulent pas nous laisser partir ni rentrer chez nous. Nous avons juste besoin d’aide. Ils servent de la mauvaise nourriture. Nous ne mangeons ni ne buvons assez. Nous ne dormons pas bien. Nous voulons juste rentrer chez nous dignement », déclare un homme dans une autre vidéo tremblante.

« Nous interpellons l’État du Sénégal : ‘Vos fils qui sont ici sont fatigués.’ Nous étions 28 Sénégalais, 10 ont fui. Nous sommes pratiquement dans le désert.

Quelques jours plus tard, les migrants ont organisé une manifestation pour exiger leur rapatriement au Sénégal. Dans une courte vidéo de la manifestation, à laquelle se sont joints des migrants de Guinée, on voit un garde marocain solitaire la surveiller en silence.

Dans une autre note vocale, ils affirment que les autorités locales ont promis que leur retour au Sénégal était imminent – ​​elles attendent juste une décision de la Mauritanie autorisant leur bus à traverser son territoire.

Mais cette décision est compliquée. Depuis 2018, la Mauritanie exige que tous les voyageurs entre l’Afrique de l’Ouest et le Maroc soient titulaires d’un visa de transit appelé Accès-Visa-Maroc.

« Sans ce visa, l’accès au Maroc par voie aérienne et terrestre est impossible via la Mauritanie », affirme Mouhamed Ag Ahmedou, auteur et leader de la société civile malienne.

Cela a effectivement tué la route migratoire Sénégal-Mauritanie-Maroc, mais on ne sait pas pourquoi les autorités marocaines, qui délivrent ces visas en premier lieu, ont maintenant besoin de l’autorisation mauritanienne pour que le bus aller ramène le 18 au Sénégal.

Entre le 11 et le 14 mai, les migrants sont restés étrangement silencieux. Entre-temps, les médias locaux ont repris l’histoire à partir de clips diffusés sur les réseaux sociaux. Lorsque les migrants ont de nouveau contacté le 18 mai, ils ont déclaré que leurs téléphones avaient été confisqués, à l’exception d’un seul qu’ils avaient réussi à cacher.

Ils ont également déclaré avoir été battus pour avoir informé le monde extérieur et avoir entamé une grève de la faim, dans l’espoir de s’attirer l’empathie du consulat du Sénégal au Maroc.

Le calvaire de ces 28 migrants n’est pas isolé. Dans une enquête d’un an publiée la semaine dernière, la société britannique Lighthouse Reports a révélé que le financement de l’UE est utilisé pour une vague continue de « décharges dans le désert » à travers la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie.

Les enquêteurs se sont entretenus avec 50 personnes qui ont survécu après avoir été « abandonnées ». Tous étaient noirs. Certains ont été capturés dans les rues d’Afrique du Nord au cours d’opérations clandestines qui ne tenaient pas compte du statut juridique de leur présence sur place.

Les Guinéens et certains Gambiens que les 28 ont rencontrés à Bir Gandouz ont depuis été rapatriés chez eux, après que leurs pays auraient payé leurs billets d’avion, mais rien n’indique que le gouvernement sénégalais emboîtera le pas.

D’après ses annonces sur les réseaux sociaux, le ministère sénégalais des Affaires étrangères apparaît préoccupé de forger de nouveaux partenariats avec l’UE et de renouer avec les pays voisins.

Bien qu’ils aient été tagués à plusieurs reprises sur les vidéos des réseaux sociaux partagées par les 18 hommes détenus, le président sénégalais Bassirou Diomaye Faye, le Premier ministre Ousmane Sonko et le ministre des Affaires étrangères n’ont pas répondu.

Mais le nouveau gouvernement de Dakar semble également nonchalant lorsqu’il s’agit d’empêcher les gens de partir, ce que préféreraient ses partenaires de l’UE.

Recevant à Dakar le leader français de la gauche Jean-Luc Mélenchon, Sonko a déclaré dans un large discours que « les migrants prennent le chemin des ressources pillés par les Occidentaux».

Cependant, sur cette voie, des forces anti-immigration financées par l’UE attendent de les arrêter et de les humilier.

Cet article a été publié pour la première fois dans The Continent , l’hebdomadaire panafricain réalisé en partenariat avec le Mail & Guardian . Il est conçu pour être lu et partagé sur WhatsApp. Téléchargez votre exemplaire gratuit sur thecontinent.org

Source

#SaharaOccidental #Maroc #Migrants #Sénégal

Visited 2 times, 1 visit(s) today