La réalité géopolitique et juridique du Sahara Occidental

Etiquettes : Sahara Occidental, Front Polisario, Maroc, Espagne, Algérie, Mauritanie, ONU, MINURSO, décolonisation, autodétermination, réalité géopolitique, réalité juridique,

La situation des Sahraouis est une situation particulière et un problème géopolitique majeur dans ce monde multipolaire et donc instable. Les Sahraouis vivent sous occupation marocaine dans la zone côtière. Dans le désert et les territoires libres peu peuplés, dans les camps de réfugiés de Tindouf en Algérie ou en exil dans le reste de l’Afrique et du monde. La question sahraouie moderne trouve ses racines dans les dernières étapes du franquisme, où les Sahraouis étaient représentés dans les Cortes espagnoles avec leurs avocats.

Durant l’ère franquiste, les Sahraouis ont perpétué la Djema’a, sorte de forme de gouvernement congrégationaliste typique des sociétés tribales et dont la fonction était politique, juridique et commerciale. Cela suppose un type de gouvernement autonome au Sahara espagnol qui préexistait à la domination européenne et qui servait d’élément de défense de la souveraineté sahraouie contre les sultans marocains, qui n’ont réussi à pénétrer sur le territoire sahraoui de manière religieuse que lorsque certaines tribus ont accepté le Branche malékite de l’Islam qui considère le roi du Maroc comme Amir al Muminin (Prince des croyants) au sein d’une autorité religieuse qui, en revanche, n’a pas porté atteinte à l’indépendance des Sahraouis.

Mais aussi contre d’autres puissances, comme l’Espagne, qui ont dû négocier avec ces institutions pour contrôler le terrain.

Face à la population urbaine marocaine et à la culture à caractère mixte arabo-berbère, s’est développée une culture nomade et souveraine dont les relations ne sont pas celles de la dépendance et de la domination marocaine mais plutôt des relations entre égaux : souveraineté marocaine et souveraineté sahraouie possédant son propre territoire avec ses ressources, ses institutions politiques, sa population et sa capacité à établir des relations sur un pied d’égalité. En fait, cela est très important car les relations entre les dirigeants sahraouis et le sultanat marocain étaient égales et leurs traités allaient des accords de paix aux accords commerciaux.

À la fin de l’ère franquiste, la Djema’a a été dissoute et le PUNS, le Parti de l’Union nationale sahraouie, a commencé à se préparer à entamer la transition dans la région, mais le manque d’intérêt et les accords qui compromettaient les intérêts de Juan Carlos I avec les États-Unis, la France et son grand allié le Maroc ont obligé Madrid à se désengager du PUNS, ce qui a amené ces membres à rejoindre en masse le POLISARIO, qui menait déjà un travail d’insurrection depuis 1973.

Les Accords de Madrid, nuls et non avenus, ont vendu le territoire du Sahara occidental aux Marocains et Mauritaniens. Mais voici le drame sahraoui. Le POLISARIO, en tant que groupe combattant socialiste armé, était aligné sur l’Algérie, un proche allié de l’Union soviétique contre les intérêts du Maroc et de la Mauritanie, qui a été rapidement vaincue dans la guerre du Sahara occidental et a quitté le conseil d’administration. Le Maroc était le contrepoids du bloc socialiste révolutionnaire dans la région et le seul véritable rival de l’Algérie et de l’URSS. La France et les États-Unis, avec l’Espagne harcelée par une transition sur la corde raide et un terrorisme déchaîné, n’ont pas pu défendre les Hispano-Sahraouis.

Pour comprendre la situation et les différences entre Marocains et Sahraouis, dont nous avons déjà parlé en termes politiques et historiques comme deux entités souveraines différenciées et dans les relations de bon voisinage, nous continuerons à argumenter. La vérité est que les deux peuples sont très différents dans leur espace géolectal : alors que les Marocains parlent l’arabe dariya, les Sahraouis parlent le hassénia, une variété d’arabe la plus proche de l’arabe classique. Por otro lado a nivel étnico-cultural están situados dentro del espacio geográfico de los pueblos del Sáhara y por ende forman parte de un espacio cultural compartido con mauritanos, tuaregs y otros pueblos de la región más allá que de los urbanitas marroquíes de las cotas y les montagnes.

Un arrêt unanime de La Haye en 1975 a établi que, même si les relations entre Sahraouis et Marocains étaient historiques, elles ne constituaient pas des droits de souveraineté marocaine sur ces terres ou sur leurs habitants . Par conséquent, toute revendication de souveraineté du Maroc, de l’Espagne ou de la Mauritanie sur ces peuples est irréaliste et illégale, raison pour laquelle elle s’oppose sur ce point aux Accords de Madrid de 1975. Les résolutions 1514 et 1541 sur la décolonisation des territoires qui garantissent la liberté de le Sahara mais aussi son intégrité territoriale selon l’Utis Possidetis Iuris (maintien des frontières héritées de la décolonisation) ainsi que la Doctrine Stimson , qui ne permet pas la validation ou la légalisation de l’occupation du fait des faits accomplis ou de l’extension de l’occupation au fil du temps.

Tout cela repose sur le principe selon lequel les actes illégaux ne peuvent pas constituer une loi et leurs actions ne peuvent pas non plus être validées sur la base de faits accomplis ou de « realpolitik », même si dans la pratique les attitudes de certains États vont à l’encontre du droit international public lui-même. Ces idées : celle de l’indépendance sahraouie (défendue légalement) et les thèses islamistes et impérialistes marocaines inspirées par Allal El Fassi , son parti l’Istiklal et la volonté de Rabat d’étendre son territoire pour construire le Grand Maroc ont conduit à l’affrontement.

Fassi prônait une forme de gouvernement sous une forme institutionnelle démocratique avec un parlement et une monarchie constitutionnelle, le tout soumis aux principes religieux et traditionnels marocains qui, en même temps, devaient être établis parallèlement au projet politique du « Grand Maroc » et du base de la domination marocaine sur le Sahara occidental. Ce qui a été mis en avant, ce sont justement les relations entre Sahraouis et Marocains que La Haye a identifiées comme entre égaux et les Marocains comme des relations de vassalité qui remettaient la souveraineté au sultan.

La guerre a éclaté de 1975 à 1991. Avec la chute de l’URSS, est arrivée le moment où l’ONU a déployé la MINURSO pour surveiller la paix et assurer un référendum. Hassan II a évoqué positivement ce référendum de Nairobi en 1981 lors du sommet de l’Organisation de l’Union africaine en reconnaissant le droit des Sahraouis de décider. Le référendum se déroulerait conformément au recensement espagnol de 1974, au cours duquel les personnes encore en vie inscrites et leurs descendants voteraient.

Le référendum n’a pas encore eu lieu et la MINURSO continue de se déployer sur le territoire sans atteindre aucun de ses objectifs : il n’y a pas de négociations, il n’y a pas de référendum et il n’y a pas de paix, puisque depuis 2020 il y a des combats entre le Front POLISARIO et Le Maroc dans les territoires libérés et dans la zone du mur illégal du Sahara occidental, infranchissable en raison de la ligne de fortifications, des mines antipersonnel, des fossés, des tranchées et des nids de mitrailleuses.

Le Maroc, dont l’objectif était de fermer l’accès du POLISARIO à la mer pour éviter les accords maritimes entre POLISARIO – Algérie au niveau géopolitique, a convergé avec les États-Unis, qui ne voulaient pas d’une puissance socialiste liée à l’URSS dans l’Atlantique Nord. Cela a fait le déroulement de la guerre, mais quels autres objectifs avaient-ils ? : l’exploitation des mines de phosphate de Fos Bucraa, l’exploitation terrestre et maritime des richesses sahraouies dans un territoire sous colonisation espagnole de jure et marocaine en grande partie de jure. de fait (sauf dans les territoires libérés) . En fait, l’exploitation de ces ressources pourrait être considérée comme un type de crime de guerre de pillage, puni par les Conventions de Genève, au même titre que le pillage des sites archéologiques sahraouis.

En fait, la plus grande obsession marocaine est de contrôler l’espace aérien comme il tente de le faire depuis des années avec les eaux sahraouies. C’est pour cette raison que le 21 mars, le procureur général de l’Union européenne a recommandé la suspension de l’accord de pêche UE-Maroc en raison de l’inclusion des eaux du Sahara occidental dans ledit accord. L’UE et l’ONU ont réitéré que les eaux sahraouies ne devraient pas être ajoutées aux accords de pêche ou d’eau avec le Maroc, car il s’agit d’un territoire en attente de décolonisation.

Malgré tout, le Sahara occidental répond aujourd’hui aux exigences de la Convention de Montevideo sur ce qu’est un État :

-La RASD possède un territoire (20 % du territoire contesté du Sahara occidental) ;

-Population permanente installée dans des villes ou des villas comme Bir Lehu, Tifariti etc… bien qu’aussi nomade ;

-Le gouvernement, représenté par sa structure étatique par un Conseil national sahraoui qui, à travers les pouvoirs établis par la constitution de 1991, détient le pouvoir législatif du pays, sans que le pouvoir exécutif soit incarné par le Président de la République (Brahim Ghali à cette époque). ). );

-De même, cette structure lui a donné la capacité d’entretenir des relations avec d’autres pays sur un pied d’égalité.

En raison de l’offensive diplomatique marocaine, dont l’objectif est d’isoler le POLISARIO, de nombreux pays ont mis de côté leurs relations avec les Sahraouis, cependant il y a une particularité du droit international public et c’est qu’une fois qu’un État est reconnu, la reconnaissance ne peut être annulée. sauf dans le cas où le pays cesserait d’exister (dans le cas de la Yougoslavie, du Yémen du Sud ou de la Tchécoslovaquie), tout au plus les relations diplomatiques pourraient être rompues, qui resteraient suspendues et gelées, jusqu’à leur nouvelle normalisation ou non.

Finalement. La question du Sahara occidental est entérinée par les résolutions de l’ONU, par des tribunaux comme ceux de l’UE, de La Haye ou de l’ONU. Ce sont des peuples différents avec des cultures et des langues différentes qui, sauf à des moments précis (se terminant au Moyen Âge avec la dynastie Saadi en 1659, qui n’occupait que la zone nord du Sahara) avaient des relations de vassalité, mais à partir de là Depuis plus de cinq siècles, ils constituent un peuple libre et indépendant, sauf à l’époque espagnole. Les Sahraouis et les Marocains ont été seulement et exclusivement voisins, c’est pourquoi les Sahraouis sont soutenus par toute l’infrastructure juridique internationale de l’ONU, de l’UE, de La Haye ou de la CIJ malgré la realpolitik à laquelle le Maroc a soumis des pays comme l’Espagne, le Royaume-Uni. , la France ou les États-Unis par crainte du scénario multipolaire, des intérêts économiques et du nouveau contexte géopolitique des blocs. (Photo : Wikipédia )

Source : Otra lectura, 26/05/2024

#SaharaOccidental #Maroc #Polisario #ONU #Algérie #Mauritanie #MINURSO #décolonisation

Visited 3 times, 1 visit(s) today