L’Italie aide le Maroc à réduire les distances de traitement avec le projet de soins de santé Mama Sofia

Etiquettes : Italie, Maroc, Mama Sofia, télémédicine, Zakia Seddiki Attanasio, Plan Mattei pour l’Afrique, bracelets électroniques,

L’ambitieux projet de télémédecine promu par la fondation de Zakia Seddiki Attanasio a été inclus dans le Plan Mattei pour l’Afrique et a obtenu le patronage du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Traquer les patients chroniques de la zone grâce à des bracelets électroniques, améliorer l’accès aux soins pour ceux qui vivent dans des zones reculées, optimiser les dépenses de santé : tels sont quelques-uns des objectifs fixés au Maroc par « Mama Sofia raccourcit les distances de soins », ambitieux projet de télémédecine promu par la fondation de Zakia Seddiki Attanasio et dédiée à la mémoire de son mari et ancien ambassadeur d’Italie tué en 2021 en République démocratique du Congo. Le projet pilote a obtenu le patronage du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et a été inclus dans le Plan Mattei pour l’Afrique et voit la participation étroite des institutions, des entreprises et de la société civile, « comme le souhaitait Luca », souligne Zakia.

Selon les intentions de Rabat, l’initiative – développée grâce aux compétences technologiques des groupes Dedalus et Vexavit – se développera sur dix mois, impliquant 10 mille personnes de différents groupes, avec un accent sur les patients pédiatriques pour lesquels l’hôpital de Rabat collaborera avec le Gaslini institut de Gênes, considéré comme une excellence dans le secteur.

Il s’agit d’un projet de télémédecine appliqué à un pilier du secteur de la santé, la prévention, qui sera financé principalement par des particuliers (les chiffres concernés varient entre 2 et 3 millions d’euros) et devrait s’accélérer dans les six prochains mois, conformément au timing. du développement du dossier de santé électronique marocain et du projet plus large de digitalisation de la santé. La volonté du gouvernement de Rabat – mais aussi de Rome – est de faire du projet Mama Sofia un moteur du renforcement de la coopération italo-marocaine. Pour le ministre marocain de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, « dans les deux prochaines semaines », un projet d’accord de coopération sanitaire entre les deux pays pourrait être finalisé, qui implique « également d’autres secteurs, à convenir », et dont Taleb lui-même et son homologue pourraient discuter dans les prochains jours l’Italien Orazio Schillaci , à l’occasion de l’assemblée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui s’ouvre lundi 27 mai à Genève.

L’ambassadeur d’Italie à Rabat, Armando Barucci, a tenu à souligner le lien étroit entre l’origine du projet et l’Ambassadeur Attanasio. « C’est un projet qui est né dans les valeurs de Luca, un fonctionnaire de l’Etat qui a servi d’une manière extraordinairement efficace partout où il était, de Casablanca à Kinshasa, et qui avait une capacité à bâtir des ponts et des relations humaines avec une attention au monde de la société. civil et en même temps aux intérêts des entreprises », a-t-il déclaré lors de la présentation du projet réalisé au Palazzo d’Italia à Casablanca, un bâtiment dédié à la mémoire de l’ancien ambassadeur. « Le plus brillant de nos diplomates » a été touché à plusieurs reprises par Barucco. L’épouse d’Attanasio, Zakia, a tenu à remercier le gouvernement Meloni – le Premier ministre et le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Antonio Tajani dans la tête – « pour avoir cru en ce projet ».

De sincères remerciements sont également allés au ministre de la Santé, Orazio Schillaci, au secrétaire général de la Farnesina Riccardo Guariglia, au conseiller diplomatique du président du Conseil des ministres et pour la structure des missions du Plan Mattei, Fabrice Sage, et au conseiller Lorenzo Ortona. Était également présent à la cérémonie de Casablanca le consul général d’Italie, Marco Silvi, qui a à son tour souligné l’importance du projet Mama Sofia pour avoir créé une synergie entre le monde des affaires, les institutions et la société civile.

Le projet, a expliqué le PDG du groupe Dedalus Andrea Fiumicelli, repose sur trois piliers technologiques alliés à une responsabilité éthique et humaine. La première consiste à mesurer en temps réel différents paramètres médicaux sur les patients grâce à des bracelets électroniques. Conçus par Vexavit, les appareils auront une autonomie d’utilisation et permettront la transmission des données vers les centres de traitement. Le second concerne l’analyse des informations recueillies, afin d’identifier des « schémas » et ainsi formuler d’éventuelles « sonnettes d’alarme » utiles à la prise de décisions cliniques.

Troisièmement, le projet entend permettre au Maroc d’intégrer les résultats de ce suivi au sein d’une plateforme logicielle, qui pourra être partagée avec les établissements hospitaliers et le personnel en contact avec les patients. L’aspect humain, quatrième pilier du projet, est le « conteneur » fondamental de toute la stratégie technologique, souligne Fiumicelli. Cas d’utilisation multiples. Cela va de la possibilité de faciliter les « sorties protégées » de cas cliniques complexes, qui, selon les techniciens, pourront être anticipés grâce à la fourniture de dispositifs de suivi, une pratique utile pour libérer des lits et ne pas encombrer les structures, en allégeant également les soins de santé locaux. dépenses. Un deuxième cas d’usage concerne le suivi de patients chroniques résidant loin des centres de traitement ; un troisième, la possibilité de faciliter la médecine multidisciplinaire en demandant un deuxième avis médical, en l’occurrence celui de l’institut pédiatrique Gaslini de Gênes.

Enfin, ce qui n’est pas sans importance pour les pays dans lesquels le projet pourrait être appliqué : comme l’explique Fiumicelli lui-même à « l’Agence Nova », en effet, le projet se veut « reproductible et évolutif » dans d’autres destinations où vivent de larges segments de la population. dans des zones reculées, loin des centres de santé où l’accès aux soins est plus immédiat. Les candidats naturels pour une réplication de l’initiative sont plusieurs pays africains, tous ceux où les zones désertiques séparent les patients d’un accès rapide au traitement.

Source : Agenzia Nova

#Maroc #Italie #Soins #MamaSofia

Visited 4 times, 1 visit(s) today