Le Maroc et l’UE accusés de dumping de migrants africains au Sahara

Etiquettes : Maroc, Mauritanie, Tunisie, Union Européenne, migrants africains, droits, Algérie, enquête,

Une enquête internationale menée par un consortium de journalistes et composé de grands journaux internationaux, similaire à celle qui a déclenché le scandale « Pegasus », a exclu l’Algérie des abus contre les immigrés africains illégaux tout en accusant les pays d’Afrique du Nord, le Maroc en tête, et l’Union européenne, de son implication dans des violations des droits de l’homme.

La vaste enquête d’un an menée par Lighthouse Reports avec des médias internationaux tels que le Washington Post, Der Spiegel, le journal allemand ARD, le journal espagnol El País, le journal français Le Monde et d’autres journaux, a révélé que l’Union européenne était finançant délibérément ces crimes. Dans certains cas, elle participe directement à la détention et à l’expulsion systématique de migrants issus des communautés noires dans au moins trois pays d’Afrique du Nord, à savoir le Maroc, la Tunisie et la Mauritanie. Dans le cadre d’opérations secrètes, elle déverse chaque année des dizaines de milliers de migrants africains dans le Sahara ou dans des zones reculées, pour les empêcher de venir dans l’Union européenne.

Selon le rapport, de telles opérations ont été menées grâce à l’argent, aux véhicules, aux équipements, aux services de renseignement et aux forces de sécurité fournis par l’UE et les pays européens, ce qui signifie qu’elles ont été menées au Sahara et payées sous couvert de « gestion des migrations », malgré l’affirmation de l’Union européenne selon laquelle les fonds ne soutiennent pas les violations des droits humains contre les communautés d’Afrique subsaharienne et d’ Afrique du Nord . Bruxelles prétend publiquement surveiller de près la manière dont cet argent est dépensé, mais la réalité est bien différente.

Les résultats de l’enquête montrent qu’au Maroc, en Mauritanie et en Tunisie, des réfugiés et des travailleurs migrants, dont certains étaient en route vers l’Europe, ainsi que des personnes ayant un statut légal et des moyens de subsistance établis dans ces pays, sont arrêtés en raison de la couleur de leur peau. peau, et sont transférés à bord d’autobus et emmenés vers des lieux inconnus, souvent des zones désertiques arides, ils sont laissés sans aucune aide, sans eau ni nourriture, les exposant au risque d’enlèvement, d’extorsion, de torture, de violence sexuelle et, dans le pire des cas. cas, décès. D’autres sont transportés vers les zones frontalières, où les autorités les vendraient à des trafiquants d’êtres humains et à des gangs qui les tortureraient contre rançon.»

Le rapport indique qu’il s’agit de « la tentative la plus complète à ce jour pour documenter la connaissance et l’implication des Européens dans les opérations anti-immigration à motivation raciste en Afrique du Nord ». Il révèle comment « ce système de déplacements massifs et d’abus est non seulement connu à Bruxelles depuis des années mais est géré grâce à l’argent, aux véhicules, aux équipements, aux services de renseignement et aux forces de sécurité fournis par l’Union européenne et les pays européens ».

Les journalistes ont interviewé plus de 50 survivants de ces expulsions au Maroc, en Mauritanie et en Tunisie – tous originaires de pays subsahariens ou d’ Afrique de l’Ouest – ce qui a permis d’identifier le caractère systématique et raciste de ces pratiques, et certains survivants ont également fourni du matériel visuel. et des données sur leur difficile voyage. Leurs témoignages, comprenant des vidéos et des photos , « nous ont aidés à reconnaître la nature systématique et raciste de ces pratiques », ainsi que la collecte de preuves par le consortium, confirme le rapport.

En plus des preuves visuelles fournies par les survivants, les enquêteurs ont utilisé des méthodes open source pour retrouver des vidéos publiées sur les réseaux sociaux et ont cherché à géolocaliser et vérifier ces cas. Au Maroc, par exemple, les enquêteurs déclarent : « Nous avons suivi les forces paramilitaires des Forces auxiliaires et les avons filmés en train de ramasser des Noirs dans les rues à trois reprises pendant trois jours dans la capitale, Rabat. Nous avons également filmé des personnes détenues dans des bâtiments gouvernementaux locaux avant de les charger dans des bus banalisés pour les transporter vers des zones reculées.

En discutant avec des membres actuels et anciens de l’UE et des sources au sein des forces de police nationales et des organisations internationales présentes dans les pays où les migrants africains sont brutalement expulsés, « nous avons démontré que l’UE est bien au courant de ces opérations et y est parfois directement impliquée. », ajoute le rapport.

Bien que les responsables européens aient exprimé leur inquiétude face à l’escalade des opérations dans la région contre les migrants d’Afrique subsaharienne, selon l’enquête, ils ont systématiquement nié l’utilisation de fonds pour violer les droits humains fondamentaux. Cependant, deux hauts responsables de l’Union européenne ont déclaré qu’il était « impossible » de fournir une explication complète sur la manière dont les fonds européens étaient utilisés pour violer les droits des migrants.

Les auteurs de l’enquête ont cité l’un des consultants qui ont travaillé sur des projets financés par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique, dans le cadre duquel l’Union européenne a accordé au Maroc et à d’autres pays du Maghreb plus de 400 millions d’euros pour gérer les migrations ces dernières années. objectifs du fonds, résumés comme suit : « Il faut rendre la vie des immigrants difficile et compliquée. Si vous le faites deux fois avec un migrant guinéen (par exemple au Maroc), la troisième fois, il vous demandera de l’emmener volontairement dans son pays d’origine.

Les enquêteurs ont pu obtenir plusieurs documents officiels, indique le rapport, dont un de l’agence frontalière de l’Union européenne Frontex plus tôt cette année « déclarant que le Maroc pratique une discrimination raciale (sur les Africains) et transfère de force des migrants noirs ». Elle a également découvert des documents accessibles au public, difficiles à trouver, qui montrent que des responsables de l’UE mènent des discussions internes sur certaines pratiques abusives depuis au moins 2019. Ils ont également révélé que l’UE finance directement les forces paramilitaires marocaines, qui ont été filmées en train de rassembler des personnes noires dans la capitale (Rabat).

Les enquêteurs ont également documenté, selon le rapport, « les véhicules utilisés lors des opérations d’arrestation et d’expulsion ainsi que les véhicules fournis par les pays européens en identifiant les offres et en réalisant des analyses visuelles, ce qui a placé l’Union européenne dans le collimateur des critiques.

Source

#Maroc #Mauritanie #Tunisie #Migration #UE #droits

Visited 2 times, 1 visit(s) today