Le trafic de drogue se consolide au Sahel avec l’Europe comme destination finale de la cocaïne et du cannabis, selon l’ONU

Etiquettes : trafic de drogue, Maroc, Sahel, Europe. cocaïne, cannabis, Mali, Mauritanie, Niger, Burkina Faso, Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, ONUDC, Algérie, Libye,

Un rapport de l’UNODC met en garde contre l’impact que cela a sur la stabilité et le développement de la région. Le trafic de drogue, en particulier de cocaïne et de cannabis, se consolide dans les pays du Sahel, à la lumière de l’augmentation des saisies de stupéfiants dans la région, et devient une nouvelle voie par laquelle ces substances sont acheminées vers le nord de l’Afrique et l’Europe comme destination finale, selon le dernier rapport publié par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC).

La résine de cannabis reste la substance la plus souvent saisie internationalement dans les pays du Sahel – Burkina Faso, Tchad, Mali, Mauritanie et Niger -, mais les interceptions de cocaïne ont augmenté ces dernières années, de même que celles des opioïdes comme le tramadol.

Les saisies de cocaïne ont explosé, passant d’une moyenne de 13 kilos par an entre 2015 et 2020 à 1 466 kilos en 2022, ce qui suggère un trafic important à travers la région. La situation géographique du Sahel en fait une escale naturelle pour la quantité croissante de cocaïne produite en Amérique du Sud sur sa route vers l’Europe, où une demande similaire pour cette drogue a également augmenté, selon l’UNODC.

Selon le rapport, consulté par Europa Press, la plupart de la cocaïne qui arrive en Afrique de l’Ouest continue son trafic vers le nord en direction du Maghreb et de l’Europe par des routes maritimes le long de la côte, bien que les saisies effectuées au Burkina Faso, au Mali et au Niger indiquent également que la cocaïne est également trafiquée par voies terrestres à travers le Sahel vers l’Algérie et la Libye, d’où elle continuerait vers l’Europe.

On a également constaté un trafic aérien, avec des saisies sur des vols arrivant dans les aéroports du Sahel et également dans des aéroports européens sur des vols en provenance de ces pays.

Le fait que des saisies aient également été effectuées dans d’autres pays en dehors de la région avec le Sahel comme destination confirme un « changement important » dans le trafic de cocaïne. Ainsi, maintenant que cette nouvelle tendance a été identifiée, « l’action des forces de sécurité peut être plus ciblée », soutient l’UNODC.

AUTRES ROUTES POUR LE TRAFIC DE CANNABIS

En ce qui concerne la résine de cannabis, en dehors de la route directe entre le Maroc et l’Espagne, cette substance est également trafiquée par voie terrestre vers la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, puis vers l’Algérie, la Libye et l’Égypte.

De plus, depuis 2020, les pays du Sahel ont signalé le transport de cette drogue par voie maritime par une route alternative, principalement depuis le Maroc le long de la côte de l’Afrique de l’Ouest jusqu’aux ports du golfe de Guinée, en particulier au Bénin et au Togo, avant de poursuivre son chemin vers le nord en direction du Niger puis de l’Afrique du Nord.

Le rapport attribue le recours à une voie alternative, malgré la persistance de la voie terrestre, aux perturbations commerciales résultant des blocages routiers à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie, à l’augmentation des saisies de résine de cannabis dans ce dernier pays et à la perception des trafiquants selon laquelle les routes à travers le Mali sont moins sûres qu’auparavant en raison de la présence de troupes internationales à certains endroits et de la criminalité.

Selon le rapport, au cours de la période 2021-2022, 24,8 tonnes de résine de cannabis ont été saisies au Sahel, ce qui en fait la substance la plus saisie après la plante de cannabis elle-même. Ces saisies représentent 52,6% de l’ensemble des saisies en Afrique de l’Ouest et centrale, ce qui souligne l’importance de la route sahélienne. Le Maroc, où environ 901 tonnes ont été produites en 2022, est la principale origine de ces saisies.

CONSÉQUENCES DU TRAFIC DE DROGUES

« Le trafic de drogue est bien établi dans la région du Sahel, avec des conséquences néfastes tant au niveau local que mondial », a souligné dans un communiqué le représentant régional de l’UNODC pour l’Afrique centrale et occidentale, Amado Philip de Andrés. « L’implication de plusieurs groupes armés dans le trafic de drogue continue de peser sur la paix et la stabilité dans la région », a-t-il regretté.

Malgré les preuves accablantes de l’implication de groupes armés dans le trafic de drogue au Sahel – le rapport cite en particulier les anciens rebelles touaregs du nord du Mali -, « il semble y avoir moins de preuves » que les groupes jihadistes actifs dans la région comme le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (JNIM, affilié à Al-Qaïda) et l’État islamique dans le Grand Sahara (EIGS, également connu sous le nom d’État islamique au Sahel) « jouent un rôle actif dans le trafic de drogue ».

Néanmoins, l’UNODC estime que ces groupes terroristes « bénéficient probablement indirectement des paiements des trafiquants de ‘zakat’, une sorte d’impôt sur la richesse exigé par le JNIM et l’EIGS dans les zones où ils opèrent, ou en prélevant des impôts sur les convois traversant les zones sous leur contrôle ».

CERCLE VICIEUX

Le rapport met en garde contre un « cercle vicieux » au Sahel dans lequel un État de droit faible facilite l’expansion de l’économie de la drogue, qui à son tour fournit des ressources financières pour le maintien ou l’expansion des conflits, qui continuent de saper l’État de droit.

Le trafic de stupéfiants est facilité par la corruption endémique dans la région. Les récentes saisies, arrestations et détentions au Sahel mettent en lumière la manière dont ce trafic est facilité par un large éventail d’individus, notamment des membres de l’élite politique, des chefs communautaires et des chefs de groupes armés. De plus, les trafiquants utilisent leurs revenus pour infiltrer différentes couches de l’État, ce qui leur permet d’éviter les poursuites.

Par ailleurs, les trafiquants procèdent au blanchiment d’argent notamment à travers des secteurs tels que l’or ou l’immobilier, ce qui complique le suivi des transactions financières tout en offrant aux trafiquants une plus grande influence économique et une façade de légitimité.

« L’augmentation du nombre et du volume des saisies au Sahel témoigne de l’engagement des autorités locales à combattre le crime organisé », a souligné Philip de Andrés, pour qui « il est maintenant temps d’agir pour perturber les réseaux de trafic de drogue », ce qui passe notamment par le renforcement des cadres juridiques et une plus grande coopération internationale.

« Les Nations Unies espèrent que ce rapport servira d’avertissement », a déclaré le représentant spécial de l’ONU pour le Sahel, Leonardo Santos Simão. « Les États du Sahel, avec la communauté internationale, doivent entreprendre des actions urgentes, coordonnées et intégrales pour démanteler les réseaux de trafic de drogue et offrir à la population de ces pays l’avenir qu’ils méritent », a-t-il ajouté.

Source : MSN, 28/04/2024

#Trafic #drgoue #Sahel #ONUDC #Cannabis #cocaïne #BurkinaFaso #Tchad #Mali #Mauritanie #Niger

Visited 2 times, 2 visit(s) today