Sahara Occidental : L’autre occupation

Etiquettes : Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario, Israël, Gaza, Palestine,

Par Stephen Zunes
 
L’attaque terroriste du Hamas contre Israël en octobre dernier et la guerre israélienne dans la bande de Gaza qui a suivi ont attiré une grande partie de l’attention du monde sur Israël et la Palestine, et pas seulement sur les événements tragiques des six dernières mois, mais à la lutte palestinienne pour l’autodétermination contre ce que les Nations Unies reconnaissent comme une occupation de 56 ans.

Cette attention croissante portée à ce conflit de longue date offre une ouverture à ceux d’entre nous préoccupés par une autre occupation reconnue par l’ONU et qui dure depuis 48 ans : celle du Maroc au Sahara occidental. Cela rappelle qu’Israël n’est pas la seule puissance occupante soutenue par l’Occident. Et cela nous donne l’occasion de souligner l’importance du respect des principes du droit international partout.

La Campagne américaine contre l’occupation marocaine ne prend pas position concernant Israël/Palestine. Il ne prend pas non plus de position ni aucune autre question en dehors de son soutien au droit du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination. Cependant, en tant que partisan de longue date des droits des Palestiniens, il est frustrant que la lutte du Sahara occidental reçoive si peu d’attention mondiale et de soutien populaire par rapport à la Palestine. Ceci est particulièrement regrettable à la lumière du fait que la lutte de libération des Sahraouis a soigneusement évité bon nombre des pièges de la lutte palestinienne. Le mouvement indépendantiste du Sahara occidental est uni sous la direction d’une seule entité : le Front Polisario. Tous les Sahraouis ne sont pas d’accord avec toutes les politiques des dirigeants du Polisario, mais ils les reconnaissent comme leurs seuls représentants légitimes et n’ont pas créé d’organisations rivales.

Le Front Polisario est démocratique et ses dirigeants sont responsables. La corruption officielle est minime et des élections libres et compétitives sont régulièrement organisées pour les pouvoirs législatif et exécutif.

Bien que la grande majorité des Sahraouis soient de fervents musulmans, le Front Polisario est laïc, estimant que les questions de foi et de pratique devraient être entre les individus et Dieu. Les femmes ont des droits égaux en matière d’héritage et de divorce, elles conservent leur nom de jeune fille et occupent des postes de direction tant au sein du Polisario que dans le mouvement de résistance non-violente à l’intérieur du territoire occupé.

Le Front Polisario n’a jamais participé à des activités terroristes et a strictement adhéré à la Quatrième Convention de Genève et aux lois de la guerre. Ils combattent les forces marocaines qui occupent leur pays, et non les civils marocains, y compris les colons marocains dont la présence dans le territoire occupé est illégale au regard du droit international.

Le Front Polisario n’a jamais remis en question le droit du Maroc à exister et s’est engagé à respecter les intérêts stratégiques du Maroc et ses frontières internationalement reconnues, même dans les régions du sud du Maroc à population majoritairement sahraouie que l’Espagne a séparées du reste du Sahara occidental à la fin de la période coloniale.

Malgré tout cela, l’administration Biden a refusé d’appeler à une solution à deux États au conflit entre le Maroc et le Sahara occidental, comme elle l’a fait pour Israël et la Palestine. En effet, l’administration Biden est le seul gouvernement au monde, avec le gouvernement Netanyahu en Israël, à avoir formellement reconnu l’annexion illégale du Sahara occidental par le Maroc. Bien que les cartes du gouvernement américain n’incluent pas la Cisjordanie occupée comme faisant partie d’Israël, elles montrent le Sahara occidental comme faisant partie du Maroc sans aucune démarcation entre le Maroc et le territoire occupé. L’administration Biden reconnaît effectivement le droit de conquête.  

Les États-Unis soulignent depuis longtemps que les dirigeants politiques du monde arabo-islamique doivent renoncer au terrorisme et respecter la démocratie, la tolérance religieuse, les droits des femmes et l’État de droit. Lorsque des gouvernements et des mouvements autocratiques violents ont remis en cause les intérêts des États-Unis et de leurs alliés, Washington n’a pas hésité à fournir aux gouvernements alliés les moyens de réprimer ces régimes et ces groupes armés, en leur fournissant des armes et d’autres soutiens, et est même entré en guerre en utilisant Forces américaines.  

Il est donc ironique que les États-Unis fournissent au Maroc, une monarchie autocratique, le soutien militaire et diplomatique nécessaire pour empêcher le Polisario d’établir dans leur pays un État démocratique laïc qui renonce au terrorisme, respecte les droits des femmes et pratique le pluralisme religieux. Un Sahara occidental indépendant sous la direction du Polisario semble être exactement le genre de gouvernement que les États-Unis souhaiteraient voir dans cette partie du monde.

Il est essentiel que la politique américaine se concentre non seulement sur l’attaque et la punition des extrémistes, mais également sur le soutien et la récompense des modérés. Exiger la fin de l’occupation marocaine et soutenir le droit des Sahraouis à l’autodétermination est un moyen d’y parvenir.  

Au Capitole, les partisans du droit à l’autodétermination du Sahara occidental comprenaient non seulement des démocrates et des républicains, mais aussi certains des plus fervents partisans des Palestiniens ainsi que certains des plus fervents partisans d’Israël. À une époque de polarisation politique croissante, la question du Sahara occidental est susceptible de rassembler les peuples. Il ne s’agit pas de gauche et de droite. Il s’agit de respecter les principes fondamentaux du droit international pour lesquels les nations se sont unies au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour garantir que tous les peuples ont le droit à l’autodétermination et qu’aucun pays n’a le droit d’étendre son territoire par la force militaire.

Il s’agit de « l’ordre international fondé sur des règles » que le président Biden invoque fréquemment à propos de l’Ukraine, mais qu’il semble ignorer lorsqu’il s’agit du Sahara occidental.

Même si la tragédie actuelle en Israël et en Palestine mérite certainement notre attention, il est essentiel que le peuple du Sahara occidental ne soit pas oublié. Nous devons rappeler à la communauté internationale qu’une autre occupation est en cours, victimisant un peuple qui ne s’est jamais engagé dans le terrorisme et qui souhaite simplement avoir un avenir démocratique et pacifique sur son propre pays. Les États-Unis doivent décider s’ils veulent continuer à être du côté de ceux qui voudraient leur refuser ce droit ou rejoindre le nombre croissant de nations qui soutiennent le peuple du Sahara occidental dans sa quête d’autodétermination.

En solidarité avec le peuple sahraoui,
Stephen Zunes,
Torgny Segerstedt Professeur de recherche invité
Université de Göteborg
Göteborg, Suède

Professeur de politique
Université de San Francisco
San Francisco, Californie

Source : US for Western Sahara, 11/04/2024

#SaharaOccidental #Maroc #Israël #Palestine #Occident #Gaza #Polisario #droitinternational

Visited 3 times, 1 visit(s) today