Niger, Mali, Burkina Faso : Pas de retour à la CEDEAO

Formée en septembre dernier, l'Alliance des États du Sahel a été vantée par le Mali, le Niger et le Burkina Faso comme un outil pour rechercher de nouveaux partenariats avec des pays comme la Russie et renforcer leur indépendance vis-à-vis de l'ancien colonisateur, la France, qu'ils accusent d'interférer avec la CEDEAO.

ETiquettes : Niger, Mali, Burkina Faso, Alliance des Etats du Sahel, AES, France, Russie, CEDEAO,

Les dirigeants des juntes militaires du Niger, du Mali et du Burkina Faso ont exclu samedi le retour de leurs nations au bloc régional ouest-africain dont la division pourrait encore compromettre les efforts pour annuler les coups d’État et freiner la violence qui se propage dans la région.

Les dirigeants des trois pays ont annoncé cette position lors de leur premier sommet à Niamey, la capitale du Niger, après leur retrait du bloc ouest-africain connu sous le nom de CEDEAO en janvier.

Ils ont également accusé le bloc de ne pas remplir son mandat et ont promis de consolider leur propre union — l’Alliance des États du Sahel — créée l’année dernière au milieu de relations fracturées avec leurs voisins.

La CEDEAO, vieille de près de 50 ans, est devenue « une menace pour nos États », a déclaré le chef militaire du Niger, le général Abdourahamane Tchiani.

« Nous allons créer une AES des peuples, au lieu d’une CEDEAO dont les directives et instructions sont dictées par des puissances étrangères à l’Afrique », a-t-il déclaré.

La réunion des trois pays voisins a eu lieu la veille d’un sommet de la CEDEAO organisé au Nigeria par d’autres chefs d’État de la région.

Les analystes ont déclaré que les deux réunions montrent la profonde division au sein de la CEDEAO, qui avait émergé comme la principale autorité politique pour ses 15 États membres avant la décision sans précédent des trois pays de retirer leur adhésion.

Malgré les efforts de la CEDEAO pour maintenir son unité, l’alliance entre les trois pays dirigés par des juntes militaires restera probablement en dehors du bloc régional alors que les tensions continuent de croître, a déclaré Karim Manuel, analyste pour le Moyen-Orient et l’Afrique à l’Economist Intelligence Unit.

« Les tentatives de médiation continueront probablement néanmoins, notamment menées par la nouvelle administration du Sénégal, mais elles ne seront pas fructueuses de sitôt », a déclaré Manuel.

Formée en septembre dernier, l’Alliance des États du Sahel a été vantée par les trois pays dirigés par des juntes comme un outil pour rechercher de nouveaux partenariats avec des pays comme la Russie et renforcer leur indépendance vis-à-vis de l’ancien colonisateur, la France, qu’ils accusent d’interférer avec la CEDEAO.

Lors de la réunion à Niamey, le dirigeant du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, a réaffirmé ces préoccupations et accusé les pays étrangers d’exploiter l’Afrique.

« Les occidentaux considèrent que nous leur appartenons et que nos richesses leur appartiennent aussi. Ils pensent que c’est à eux de continuer à nous dire ce qui est bon pour nos États. Cette ère est révolue à jamais ; nos ressources resteront pour nous et nos populations », a déclaré Traoré.

« L’attaque contre l’un de nous sera une attaque contre tous les autres membres », a déclaré le dirigeant malien, le colonel Assimi Goïta.

Avec Goïta élu comme nouveau leader de l’alliance, les trois dirigeants ont signé un pacte engageant leurs pays à créer un parlement régional et une banque similaire à ceux opérés par la CEDEAO. Ils se sont également engagés à mettre en commun leurs ressources militaires pour lutter contre l’insécurité dans leurs pays.

Lors d’une réunion des ministres régionaux jeudi, Omar Alieu Touray, le président de la Commission de la CEDEAO, a déclaré qu’il n’avait pas reçu « les bons signaux » quant à un possible retour des trois États malgré la levée des sanctions liées aux coups d’État que les trois nations ont accusées d’être la raison de leur décision de quitter le bloc.

Ce ne sont pas seulement les trois pays qui sont en colère contre la CEDEAO, disent les observateurs. Le bloc a perdu de la bonne volonté et du soutien de la part des citoyens ouest-africains, au point que certains ont célébré la récente série de coups d’État dans la région où les citoyens se plaignent de ne pas bénéficier des riches ressources naturelles de leurs pays.

Pour la plupart, la CEDEAO est perçue comme ne représentant que les intérêts des dirigeants de ses membres et non ceux des masses, a déclaré Oge Onubogu, directeur du programme Afrique au Wilson Center, un groupe de réflexion basé à Washington.

Associated Press

#Sahel #Mali #Niger #BurkinaFaso #AES #CEDEAO #France #Occident

Visited 1 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*