Macron : De nouveau venu politique à succès à leader affaibli

« On dirait que lors du premier tour, les Français ont voulu punir leur président », a déclaré à l'Associated Press le politologue parisien Dominique Moïsi.

Etiquettes : France, élections anticipées, Emmanuel Macron, extrême droite, Rassemblement National,

L’échec politique attendu du président français Emmanuel Macron lors des élections législatives décisives de dimanche pourrait paralyser le pays, l’affaiblir à l’étranger et ternir son héritage, alors même que la France se prépare à briller sur la scène mondiale en accueillant les Jeux olympiques de Paris.

Le plus jeune président de l’histoire de la France est connu sur la scène internationale pour ses efforts diplomatiques incessants et ses initiatives pro-européennes. Désormais, beaucoup se demandent comment il va gérer le pays sans majorité probable au parlement et avec un gouvernement confrontational. Constitutionnellement empêché de se présenter pour un troisième mandat consécutif en 2027, Macron, 46 ans, lutte pour ne pas devenir un président en fin de règne.

Quel que soit le résultat du second tour de dimanche, il n’est pas attendu qu’il soit une bonne nouvelle pour Macron. Les médias français ont récemment décrit une atmosphère de « fin de règne » au palais présidentiel de l’Élysée. Les sondages suggèrent que l’alliance centriste de Macron se dirige vers une défaite au second tour de dimanche, après être arrivée troisième au premier tour.

« On dirait que lors du premier tour, les Français ont voulu punir leur président », a déclaré à l’Associated Press le politologue parisien Dominique Moïsi.

Gouverner avec un parti rival affaiblirait probablement Macron si le Rassemblement national d’extrême droite et ses alliés remportent une majorité au parlement, cela placerait le président centriste dans la situation inconfortable de devoir travailler avec un premier ministre anti-immigration et nationaliste. Sinon, Macron pourrait devoir chercher un moyen de former un gouvernement fonctionnel, peut-être en proposant un accord à ses rivaux de gauche. Dans tous les cas, il ne pourrait plus mettre en œuvre ses propres plans, qui reposaient sur des politiques pro-business destinées à stimuler l’économie française.

« Nous sommes dans l’inconnu. L’inconnu inconnu », a déclaré Moïsi. « Parce que les gouvernements de coalition ne sont pas une tradition française. »

À l’étranger, Macron apparaissait autrefois comme un acteur mondial clé connu pour son activisme diplomatique incessant. Il a été profondément impliqué dans les mesures prises par l’Occident pour soutenir l’Ukraine depuis l’invasion russe en février 2022. Au Moyen-Orient, la France pousse pour des efforts diplomatiques avec ses partenaires arabes. Plus tôt cette année, Macron a également exposé sa vision pour l’Union européenne, exhortant le bloc des 27 nations à construire sa propre défense robuste et à entreprendre des réformes majeures du commerce et de l’économie pour rivaliser avec la Chine et les États-Unis.

La Constitution française donne au président certains pouvoirs sur la politique étrangère, les affaires européennes et la défense. Mais la division du pouvoir avec un premier ministre issu d’un parti rival reste floue, et sans le soutien d’un gouvernement, le rôle de Macron pourrait finir par être limité.

Ses politiques pro-business ont réduit le chômage mais sont restées controversées Le poste de président est le premier mandat électif de Macron. Dans la trentaine, Macron a quitté son poste de banquier chez Rothschild pour devenir conseiller économique du président socialiste François Hollande, travaillant pendant deux ans aux côtés de Hollande au palais présidentiel. Ensuite, en tant que ministre de l’Économie dans le gouvernement de Hollande de 2014 à 2016, il a promu un ensemble de mesures, notamment en permettant à davantage de magasins d’ouvrir le dimanche et le soir et en ouvrant des secteurs réglementés de l’économie.

Élu président pour la première fois en 2017 après avoir quitté les socialistes, Macron était alors un nouveau venu politique de 39 ans couronné de succès. Il a cherché à rendre le marché du travail plus flexible et a adopté de nouvelles règles pour rendre plus difficile l’obtention des allocations chômage. Son gouvernement a également réduit les impôts pour les entreprises afin de stimuler l’embauche.

Les manifestations anti-gouvernementales des gilets jaunes ont rapidement éclaté contre une injustice sociale perçue, amenant Macron à être surnommé le « président des riches ». Il est toujours perçu par beaucoup comme arrogant et déconnecté des gens ordinaires. Les opposants de gauche l’ont accusé de détruire les protections des travailleurs. Macron a fait valoir que le chômage est passé de plus de 10 % à 7,5 % actuellement et que la France a été classée le pays européen le plus attractif pour les investissements étrangers ces dernières années.

Macron a été réélu en 2022, battant pour la deuxième fois consécutive sa rivale d’extrême droite Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Mais il a perdu sa majorité parlementaire, bien que son alliance centriste ait remporté la plus grande part des sièges à l’Assemblée nationale. Il a ensuite eu du mal à faire passer un plan impopulaire pour relever l’âge de la retraite de 62 à 64 ans, provoquant des mois de manifestations massives qui ont terni son leadership. Des émeutes ont balayé des centaines de villes, de villages et de localités en 2023, après la fusillade mortelle d’un adolescent par la police.

L’élection pourrait affaiblir le centre politique et le laisser en fin de règne Politiquement, le leader centriste a lancé son propre parti avec la promesse de faire mieux que la droite et la gauche traditionnelles. Mais cela aussi semble voué à l’échec. Son appel à des élections anticipées a en fait fait avancer deux forces majeures : le Rassemblement national d’extrême droite et une large coalition de gauche comprenant les socialistes, les écologistes et la France insoumise de gauche radicale.

Le propre camp de Macron a remis en question les compétences politiques du président après qu’il ait annoncé la décision surprise de dissoudre l’Assemblée nationale le mois dernier. Bruno Le Maire, son ministre des Finances depuis sept ans, a déclaré à la radio France Inter que « cette décision a créé – dans notre pays, chez les Français, partout – de l’inquiétude, de l’incompréhension, parfois de la colère. » Son ancien premier ministre, Edouard Philippe, l’a accusé d’avoir « tué » sa majorité centriste.

Le sort de Macron pourrait devenir un sujet de discussion la semaine prochaine lors d’un sommet de l’OTAN à Washington, qui sera l’occasion pour les dirigeants mondiaux de rencontrer le nouveau premier ministre britannique Keir Starmer.

« Le paradoxe de la situation actuelle est que suite aux dernières élections en Grande-Bretagne et en France, il y aura plus de Grande-Bretagne et moins de France au sommet de l’OTAN », a déclaré Moïsi. « La personnalité la plus forte sera le nouveau premier ministre de Grande-Bretagne. Et la personnalité la plus faible sera le président de la France. »

Associated Press

#Macron #Elections #Extrêmedroite

Visited 1 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*