Hamas ouvre la voie à un possible cessez-le-feu à Gaza

Des personnes en deuil ont prié sur les corps de 12 Palestiniens, dont un bébé, devant un hôpital du centre de Gaza, samedi, après leur mort lors des dernières frappes aériennes israéliennes sur l'enclave assiégée.

Etiquettes : Hamas, Gaza, Israël, Palestine, cessez-le-feu,

Hamas a donné son approbation initiale à une proposition soutenue par les États-Unis pour un accord de cessez-le-feu progressif à Gaza, abandonnant une demande clé selon laquelle Israël s’engage d’emblée à mettre fin complètement à la guerre, a déclaré samedi un responsable du Hamas et un responsable égyptien.

Le compromis apparent du groupe militant, qui contrôlait Gaza avant de déclencher la guerre avec une attaque sur Israël le 7 octobre, pourrait permettre une première pause dans les combats depuis novembre et préparer le terrain pour des discussions supplémentaires sur la fin de neuf mois de combats dévastateurs. Mais toutes les parties ont averti qu’un accord n’est toujours pas garanti.

À l’intérieur de Gaza, le ministère de la Santé a déclaré qu’une frappe aérienne israélienne sur une école transformée en abri avait tué au moins 16 personnes et blessé au moins 50 autres dans le camp de réfugiés de Nuseirat. Des enfants figuraient parmi les morts et les blessés. L’armée israélienne a déclaré avoir frappé plusieurs « terroristes » opérant dans la zone de l’école et avait tenté de réduire le risque pour les civils.

Les deux responsables, qui ont parlé sous condition d’anonymat pour discuter des négociations en cours, ont déclaré que l’accord progressif de Washington commencerait par un cessez-le-feu « complet et total » de six semaines pendant lequel les otages plus âgés, malades et femmes seraient libérés en échange de centaines de prisonniers palestiniens. Pendant ces 42 jours, les forces israéliennes se retireraient des zones densément peuplées de Gaza et permettraient le retour des personnes déplacées dans leurs foyers dans le nord de Gaza, ont déclaré les responsables.

Un haut responsable du Hamas, parlant également sous condition d’anonymat pour discuter des négociations, a ensuite déclaré à l’Associated Press que des soldates seraient parmi les personnes libérées lors de la première phase.

Pendant cette période, le Hamas, Israël et les médiateurs négocieraient les termes de la deuxième phase qui pourrait voir la libération des otages masculins restants, à la fois civils et soldats, ont déclaré les deux premiers responsables. En retour, Israël libérerait des prisonniers et détenus palestiniens supplémentaires. La troisième phase inclurait le retour des otages restants, y compris les corps des morts, et le début d’un projet de reconstruction de plusieurs années.

Hamas souhaite toujours des garanties écrites des médiateurs qu’Israël continuera à négocier un accord de cessez-le-feu permanent une fois la première phase mise en œuvre, ont déclaré les deux responsables.

Le premier responsable du Hamas a déclaré à l’AP que l’approbation du groupe est venue après avoir reçu des « engagements et garanties verbales » des médiateurs que la guerre ne serait pas reprise et que les négociations se poursuivraient jusqu’à ce qu’un cessez-le-feu permanent soit atteint.

« Maintenant, nous voulons ces garanties par écrit », a déclaré ce responsable.

Des mois de pourparlers intermittents sur le cessez-le-feu ont trébuché sur la demande du Hamas que tout accord inclue une fin complète de la guerre. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a proposé de faire une pause dans les combats mais pas d’y mettre fin avant qu’Israël n’atteigne ses objectifs de destruction des capacités militaires et de gouvernance du Hamas et de retour de tous les otages détenus par le groupe militant.

Hamas a exprimé sa préoccupation qu’Israël redémarre la guerre après la libération des otages. Des responsables israéliens ont déclaré qu’ils s’inquiétaient que le Hamas prolonge les pourparlers et le cessez-le-feu initial indéfiniment sans libérer tous les otages.

Le bureau de Netanyahu n’a pas répondu aux demandes de commentaires, et il n’y a eu aucun commentaire immédiat de Washington. Vendredi, le Premier ministre israélien a confirmé que le chef de l’agence de renseignement Mossad avait effectué une visite éclair au Qatar, un médiateur clé, mais son bureau a déclaré que « des écarts entre les parties » subsistaient.

« Pour la première fois depuis de nombreux mois, nous nous sentons pleins d’espoir », a déclaré un communiqué de nombreuses familles d’otages. « Netanyahu, nous avons vu comment vous avez à plusieurs reprises contrecarré des accords en temps réel. Ne brisez pas nos cœurs à nouveau. » Des manifestants anti-gouvernementaux se sont à nouveau rassemblés samedi soir.

Israël a lancé la guerre à Gaza après l’attaque d’octobre du Hamas dans laquelle des militants ont fait irruption dans le sud d’Israël, tuant environ 1 200 personnes — principalement des civils — et enlevant environ 250 personnes. Israël affirme que le Hamas détient encore environ 120 otages — environ un tiers d’entre eux étant maintenant considérés comme morts.

Depuis lors, l’offensive aérienne et terrestre israélienne a tué plus de 38 000 personnes à Gaza, selon le ministère de la Santé du territoire, qui ne distingue pas les combattants des civils dans son décompte. L’offensive a causé une dévastation généralisée et une crise humanitaire qui a laissé des centaines de milliers de personnes au bord de la famine, selon des responsables internationaux.

L’accord de cessez-le-feu permettrait l’entrée quotidienne d’environ 600 camions d’aide humanitaire à Gaza, dont la moitié serait destinée au nord de l’enclave, durement touché, ont déclaré les deux responsables. Depuis l’assaut israélien sur la ville méridionale de Rafah, les approvisionnements en aide entrant à Gaza ont été réduits à un filet.

« Nous voulons manger, mais d’où pouvons-nous manger ? Le pays est épuisé. Le pays est démuni. Il n’est pas adapté à la vie », a déclaré Walid Hegazi, un résident du camp de réfugiés de Jabaliya dans le nord de Gaza. « Nous sommes désolés pour les ânes parce que nous avons mangé leur blé et leur orge. »

Également samedi, le ministère de l’Intérieur dirigé par le Hamas a déclaré que quatre policiers avaient été tués dans une frappe aérienne israélienne à Rafah. Le ministère, qui supervise la police civile, a déclaré que les agents avaient été tués lors de patrouilles à pied. Il a déclaré que huit autres agents avaient été blessés. L’armée israélienne n’a pas immédiatement répondu aux questions.

Le conflit de faible intensité entre les forces israéliennes et le Hezbollah s’est poursuivi. Une frappe aérienne israélienne sur une voiture dans la région de Baalbek, dans l’est du Liban, a tué un ingénieur de l’unité de défense aérienne du Hezbollah, a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué, décrivant Meitham Mustafa al-Attar comme un « opérateur clé ». Hezbollah a confirmé la mort d’al-Attar dans un communiqué, mais n’a pas donné d’informations sur sa position.

Ces dernières semaines, les craintes ont augmenté que le conflit avec ses affrontements quasi quotidiens puisse dégénérer en une guerre à grande échelle.

Associated Press

#Hamas #Gaza #Israël

Visited 5 times, 5 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*