La banque centrale du Maroc s’engage à porter les investissements verts à 10 % des réserves

prévoit que la sécheresse coûtera au Maroc 6,5 % du PIB et poussera près de 2 millions de personnes à quitter les zones rurales pour les villes d'ici 2050.

Etiquettes : Maroc, Banque Centrale, investissements, réserves,

Le Maroc augmentera ses investissements dans les obligations vertes, sociales et durables à 10 % de ses réserves de change, contre 7 % actuellement, a déclaré vendredi le gouverneur de la banque centrale du pays.

La banque centrale a investi 200 millions de dollars dans les obligations vertes de la Banque mondiale l’année dernière, soit le double du niveau de 2016, a déclaré le gouverneur Abdellatif Jouahri lors d’une conférence sur le changement climatique.

La sécheresse a eu un impact majeur sur le Maroc qui se prépare à sa sixième année sèche consécutive, menaçant à la fois les récoltes et l’approvisionnement en eau.

L’impact macroéconomique de la sécheresse et ses répercussions sont « préoccupants », a déclaré Jouahri.

La banque centrale travaille à fournir aux banques des directives et des indicateurs pour mesurer les risques liés au climat émanant des principaux emprunteurs, a-t-il indiqué.

La Banque mondiale estime les besoins de financement du Maroc pour lutter contre le changement climatique et atténuer ses impacts à 78 milliards de dollars entre 2022 et 2050.

Elle prévoit que la sécheresse coûtera au Maroc 6,5 % du PIB et poussera près de 2 millions de personnes à quitter les zones rurales pour les villes d’ici 2050.

Le changement climatique « affecte la croissance, l’emploi et l’inflation, les principales variables sur lesquelles se basent les décisions de politique monétaire », a déclaré Jouahri.

Reuters

#BanqueCentrale #Investissements

Visited 3 times, 1 visit(s) today

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*