Palestine : Le Maroc a vendu Al-Qods avant Donald Trump

Faut-il rire ou pleurer ? Le Maroc, allié incontestable d’Israel, sous la table et parfois à la lumière du jour, fait son cinéma dans l’espoir de faire croire au peuple marocain que son roi s’intéresse au sort d’Al Qods, Jérusalem pour les juifs.

Mohammed VI n’a jamais bougé le petit doigt en tant que président de l’utopique Comité D’Al Qods. Pire encore, grâce au Maroc, Israël a gagné la Guerre des Six Jours en 1967.

En effet, en échange du service rendu par le Mossad dans le but d’assassiner l’opposant marocain Mehdi Ben Barka en 1965, le roi Hassan II avait permis aux services secrets israélin d’installer des micros dans la salle de réunion du sommet arabe de 1967. Ainsi, les israéliens ont su que les pays arabes n’étaient pas prêts à livrer une guerre contre l’Etat sémite. Une information décisive qui a permis aux resposanbles israéliens de mener une attaque de surprise qui a neutralisé le matériel de guerre de l’Egypte et la Syrie.

En réalité, Mohammed VI fait semblant de s’indigner dans le but de pousser les USA à modérer leur position par rapport au conflit du Sahara Occidental. Une position qui défend le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. C’est aussi une façon de se « venger » de Donald Trump qui a refusé, à deux reprises, d’accueillir le souverain marocain.

Si le ridicule tuait, le monde aurait aujourd’hui un pays de moins, le Maroc.

Tags : Maroc, Palestine, Jérusalem, Al Qods, Donald Trump,

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.