Inédit : Interview avec le roi du « karkobi » au Maroc

Entretien avec Pablo Escobar du Maroc: il gagne 180 000 euros par mois avec des médicaments espagnols

Il ne révèle pas son nom et il est très difficile d’y accéder. Au Maroc, il est considéré comme un roi capable de défier quotidiennement les lois en vue de fournir de la drogue à un pays entier. Il vit à Tanger, gagne plus de 180.000 euros par mois et crée sa drogue, le karkobi, avec des tranquillisants provenant de la santé espagnole.

Le visiter n’est pas à la portée de n’importe qui, il faut traverser plusieurs filtres, car il est toujours accompagné d’un cordon de sécurité qui impose et, en même temps, garantit que tout ce qui se passe autour de lui est sous son contrôle, transformant le journaliste en un simple pion dans son échiquier. Il ne révèle pas son nom devant la caméra, mais tout le Maroc le connaît sous le pseudonyme du « Pablo Escobar » arabe.

Dans une zone de la banlieue de Tanger, près d’un cimetière, le narcotrafiquant nous donne rendez-vous dans une maison abandonnée. « Je vends mille boîtes (clonazépan) par mois, chacune contient 36 comprimés et je vends chaque comprimé à 5 euros », explique le roi de la drogue. Autrement dit, le narcotrafiquant gagne 180.000 euros par mois. Le Karkobi est la drogue à la mode dans le pays et a été créé grâce à des tranquillisants importés illégalement de notre pays: « Les meilleurs tranquillisants sont espagnols, ils sont très précieux et chauds ».

A tout moment, le journaliste est en danger, la police peut arriver et arrêter tout le monde. Par conséquent, lorsque la caméra fait un étrange mouvement, le journaliste et Pablo Escobar sont effrayés et inquiets. Toutefois, en montrant la dureté de la drogue, la personne interviewée sniffe une ligne pendant qu’il parle avec le journaliste pour faire faire passer la peur: « Du calme, c’est mon endroit, il est sûr, rien ne se passera ».

Le Pablo Escobar reconnaît que sa drogue est consommée par « des garçons et des filles de l’école et dans la chicha », des personnes avec des problèmes qui « viennent de tuer des amis ou qui s’autoblessent ». D’ailleurs, le narcotrafiquant en personne reconnaît que, après avoir consommé une bonne dose de Karkobi, il s’est auto-blessé au bras et ne se souvient pas de comment il l’a fait.

Le journaliste et la personne interviewée étaient dans une pièce sombre où ils pouvaient voir, à première vue, plusieurs types de drogues. La question était directe: « Combien d’années de prison pouvez-vous chopper si vous êtes arrêté par la police tout de suite? ». Pablo Escobar, presque ironique, répond: « Avec ce qui est ici maintenant … environ cinq ans, mais pas de problème, ici la police prend l’argent, j’appelle mon avocat et il le paye. » Un roi sans aucune contrainte, qui campe librement sur le côté de l’illégalité.

Source : cuatro.com, 01/05/2019

Tags : Maroc, drogue, trafic, narcotrafic, karkobi, calmants, Espagne,

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.