Les photos de Lalla Salma sont fausses – El Mundo doute de son authenticité

Maroc : La mystérieuse réapparition de Lalla Salman après un an sans rien savoir d’elle

Andrés H. Mencía

El Mundo, 7 avr 2019

Au premier anniversaire de son divorce avec Mohamed VI, jamais confirmé, les rumeurs se multiplient. Est-elle enfermée? Vive-t-elle en exil?

Les photographies de Salma prenant le thé cette semaine ont calmé l’inquiétude des Marocains. Ou bien les doutes ont-ils augmenté?

Lalla Oum, la mystérieuse belle-soeur de Mohamed VI qui a remplacé Lalla Salma

« La princesse qui s’est eǘaporée ». Cela fait plus d’un an que les rumeurs parlent du divorce de Lalla Salma (40 ans) et de Mohamed VI du Maroc (55 ans). Le palais de Rabat ne confirme ni infirme, mais les faits corroborent les rumeurs. La disparition de la princesse marocaine de toute la vie publique de la royauté augure le pire pour l’un des couples à la mode du monde arabe. Salma Bennani, son nom de jeune fille, ne répond plus aux appels téléphoniques de ses amies, de ses pairs, des monarques avec lesquelles elle a porté ses plus belles tenues et occupé la couverture de tous les magazines de mode en Afrique et au Moyen-Orient.

Il n’y a aucune photo claire et fiable montrant qu’elle va bien, qui contredit les murmures dans les coffee marocains. Son altesse serait prisonnière des ordres de son ex-mari, limitant son contact avec l’extérieur et entourée de gardes du corps obéissant à toutes les dispositions du roi, des hommes qui ne lui permettraient pas de mettre les pieds dans la rue sans l’approbation de sa majesté. Salma, qui était le visage de la modernité dans le pays, n’a plus de voix ni vote. Son isolement aurait été la condition imposée par son mari pour pouvoir rester en contact et près de Lalla Khadija (12 ans) et de Mulay Hassan (15 ans), ses enfants. Elle a accepté avec l’espoir que, lorsque l’héritier prendra le pouvoir, elle retrouvera sa vie modèle.

La chose la plus prudente et intelligente aurait été de faire taire les rumeurs avec la vérité, le divorce n’est pas une affaire extraterrestre au Maroc. Mais la Maison royale a interdit à la presse nationale de publier des articles sur l’énigme marocaine: le lieu où se trouve Salma. Les rumeurs se sont intensifiées au cours de la dernière année et sont allées de simples informations selon lesquelles la princesse aurait acheté une villa sur l’île grecque de Kéa, jusqu’à parler d’un éventuel emprisonnement de Salma dans un des palais les plus recondites du roi aux craintes pour la vie de l’ancienne reine du pays norafricain. Selon des sources proches du palais, elle va bien mais la famille de Mohamed VI souhaite la tenir à l’écart du monde des caméras, de la popularité qui l’a tant caractérisée depuis son mariage avec le roi en 2002.

Elle n’a jamais fini de s’intégrer entre ses belles-soeurs, les reines de Rabat, jusqu’à l’apparition de son altesse royale Lalla Salma. Cette mauvaise relation avec les sœurs du roi est l’une des principales théories qui expliquent les causes du divorce. Elles n’ont jamais réussi à digérer l’acceptation de Salma parmi les Marocains, conquis par sa beauté, son style, son élégance, sa formation universitaire, son rôle dans le progrès (même minime) de la situation des droits des femmes et même son leadership à la tête d’une fondation de lutte contre le cancer et d’autres activités de promotion de l’éducation dans les zones rurales.

Du tout on a passé à rien, parce que on ne connaît même pas ce qu’elle fait de sa journée. Ce qui est clair, c’est que l’information au Maroc est contrôlée et tout ce qui sort de la maison de sa majesté est calculé. Dans un défi aux informations qui signalent son isolement et lorsque les doutes quant à l’intégrité physique de Salma battaient son plein, le site Web marocain Rue20 a publié des photos étranges dans lesquelles la présence d’une femme avec la même crinière et queue de cheval de Lalla Salma, pour assurer que la reine « réapparaît ». Sur les photos, un vol nocturne de très mauvaise qualité sur la place animée et centrale de Yamaa el Fna à Marrakech, apparaîtrait sa mère et sa fille, Khadija, assises dans un restaurant populaire, entourées de ce qui ressemble à des gardes de sécurité et des curieux qui regardent expectatifs à leur table, se demandant s’il s’agit bien de leur reine mangeant au milieu du vacarme.

Ce site Web assure que les fils du roi seraient allés à Marrakech pour voir sa mère, immédiatement après avoir reçu le pape François à Rabat. Le propriétaire du restaurant nous dit fièrement qu’ils ont commandé du thé maure et de la viande hachée, et que Khadija l’a qualifié de « meilleur du pays », dans un geste de « soutien à la gastronomie locale ». Peu croient l’histoire. Si c’était vrai: que fait la famille la plus riche et la plus puissante du pays assise sur une place bondée et mangeant dans un poste en pleine rue? Une éruption d’humilité soudaine? Un message à ceux qui se demandent où est Salma? Si l’objectif était de montrer qu’elle va bien: n’y avait-t-il pas une autre façon de faire taire les rumeurs qu’en mettant des membres de la royauté en promenade dans le centre de la ville la plus touristique du pays? Pour l’instant, il paraît qu’il n’y a pas de réponse officielle.

Ces images n’ont pas éliminé l’un des plus grands mystères du Maroc. Lalla Salma n’est pas n’importe qui. Elle a attiré l’attention du peuple et c’est le peuple qui maintient son souvenir en vie, même si on ne parle pas d’elle en public par crainte de représailles. Mohamed VI l’a rencontré lors d’une soirée à Rabat: une jeune femme plébéienne aux cheveux roux abondants, au corps mince et au sourire permanent, tomba amoureuse d’un roi que tout le monde avait pris pour célibataire pour toujours. Certaines parmi les rumeurs sur sa prétendue homosexualité (punie d’emprisonnement dans le pays musulman), d’autres pour avoir cru en leurs difficultés à trouver la bonne femme avec qui partager le même toit. Elle, ingénieur en informatique devenue princesse, est la première et, pour l’instant, la seule épouse du commandant des croyants, qui a même renoncé à son droit à la polygamie au détriment de la tradition de son père et de son grand-père. Une décision applaudie par les siens et expliquée dans un geste d’amour à une femme qui voulait marquer une nouvelle tendance.

Jusque-là, la femme d’un roi n’était pas autorisée à paraître en public, même les photos étaient quelque chose d’inhabituel. Personne ne reconnaîtrait la mère de Mohamed VI dans la rue, ni sa grand-mère d’ailleurs. Lalla Salma a révolutionné les règles: elle a participé aux cérémonies, présidé les inaugurations, les réceptions d’autres monarques et a joué un rôle public au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle portait des coutures françaises, mais elle portait aussi fièrement les costumes traditionnels marocains, toujours avec ses boucles rouges et son élégance particulière. Pour garder les pieds sur terre, elle combinait sa vie officielle avec des visites fréquentes dans son passé: le quartier où elle a grandie, la maison de sa grand-mère dans le quartier de Laqbibat, à Rabat, et un après-midi de thé avec ses amis à l’université. Son travail à l’ONU pour promouvoir les droits des femmes a fait d’elle en 2014 « la femme la plus inspirante du monde arabe ». Tout cela rend sa disparition encore plus notoire. La réalité de ce qui s’est passé entre le couple est un nouveau tabou au Maroc et un secret d’État dans les hautes sphères. La femme émancipée qui représentait le rêve d’un Maroc moderne et ouvert s’est évaporé dans un pays plutôt attaché aux traditions.

Tags : Maroc, Mohammed VI, Lalla Salma, disparition, divorce,

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.