Ce que Bouteflika a vraiment dit sur le Maroc : L'intégralité des câbles diplomatiques

Alger 001219 CONFIDENTIEL

EO 12958: DECL: 01/07/2016

TAGS: PREL, PBTS, WI, MO, AG

OBJET: LE SAHARA OCCIDENTAL, Bouteflika, les relations avec MAROC

Classé par: Richard Ambassadeur W. Erdman: Raisons 1,4 (b), (d)

1. (C) Le conseiller du Président pour la sécurité intérieure et la l utte contre le terrorisme, Frances Fragos Townsend, a rencontré le Président Bouteflika pendant trois heures et demie le 18 Juin, en présence de Senior NSC Directeur de lutte contre le terrorisme et Malvesti DCM Michele Townsend. Le c onseiller de la lutte contre le terrorisme de Bouteflika M. Rezzag Bara et un preneur de notes étaient également présents. Ce câble porte sur leur discussions à propos du Sahara occidental et des relations avec le Maroc.

2. (C / NF) Pendant une bonne partie de la réunion, Bouteflika a soulevé la question du Sahara, soulignant que les visiteurs des États-Unis ont toujours voulu en discuter avec lui. Townsend a noté que les deux président Bush avaient demandé à Bouteflika et au roi Mohamed VI de trouver un moyen de regler l eur différend. M. Townsend a déclaré avoir apprécié le rôle de Bouteflika dans la libération l’été dernier, par le Polisario de 404 prisonniers marocains, notant Que «ce ne serait pas arrivé sans votre courage. » Bouteflika a été Interrogé sur la résolution historique sur cette question.

3. (C / NF) Bouteflika a répondu que le plus grand pays du monde, les USA, devraient respecter les décisions de l’ONU sur le Sahara occidental. Il rappelle que dans son premier entretien avec Le président Bush en 2001, le Président lui avait demandé de travailler avec James Baker. « Bouteflika a noté qu’il avait soutenu le Plan Baker, même si sans la demande du président Bush, je ne l’aurai pas fait.?

Maintenant, dit-il, l’Algérie est bloquée avec le Maroc; « Ils acceptent tout ce que nous rejetons et vice versa. »

Bouteflika a commenté cette impasse, en rappelant les deux décisions importantes de l’Algérie : «le Sahara occidental ne sera jamais une casus belli pour l’Algérie,» et il a rappelé «j’ai clairement dit au Marocains que l’Algérie n’avait pas de revendications sur le Sahara occidental, ni en Territoire ni en ressources.

4. (C / NF) «Ce problème, je le résoudrai si je pouvais », mais «Je ne peux pas parler au nom des Sahraouis. « Le Maroc et le Polisario doivent trouver une solution, avec l’aide américaine. L’Algérie soutiendra un accord entre le Maroc et le Polisario. Mais, la solution ne peut pas être Imposée à la population sahraouie. Dans ce cas, l’Algérie défendra le droit à l’autodétermination des sahraoui.

5. (C / NF) « Je ne veux pas de serrer la main du roi. « Toutefois, a ajouté Bouteflika «j’ ai récemment rencontré le frère du roi, le prince Moulay Rachid, à Séville, où ils étaient tous deux invités du roi Juan Carlos. Bouteflika dit qu’il avait eu une longue discussion avec Moulay Rachid. « Nous avons plaisanté Nous avons bavardé et plaisanté avec bonheur, mais je ne peux pas faire la même chose avec le roi, car nous n’avons pas le même sens de l’humour » Le Roi Mohamed VI, «n’est pas ouvert, et il manque d’expérience. « Dans un rare moment d’auto-critique, Bouteflika a dit qu ‘il avait un point faible: il croit qu’on doit résoudre les problèmes par le dialogue, Mais il ne croit pas au dialogue entre lui et Mohamed VI.

6. (C / NF) Townsend a dit que la question du Sahara occidental continuait d’être une question de grand intérêt pour le président Bush. Elle a ajouté que l’absence d’un règlement serait gênant la coopération régionale pour la lutte contre le terrorisme et empêcher les pays du Maghreb de réaliser un niveau des relations économiques qui seraient profitables pour tous. Bouteflika a suggéré que James Baker serait une bonne source de conseils au président, c’est un homme avec d' »exceptionnelles qualités. » Il s’est demandé si le Président pourrait convaincre Baker de reprendre son rôle précédent. Bouteflika a conclu que l’offre de concessions au Maroc équivaudrait « à donner un bonus au plus indiscipliné de la classe. « Les Etats-Unis » ne devraient pas accorder au Maroc un bonus pour mauvais comportement. »

7. (U) Conseiller du Président pour la sécurité intérieure et de la Lutte contre le terrorisme Frances Fragos Townsend a autorisé ce message.
Erdman.

CONFIDENTIAL ALGIERS 000733

SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 06/25/2028

TAGS: PREL, MO, WI, AG

SUBJECT: BOUTEFLIKA ON WESTERN SAHARA: OUR BACKS ARE

AGAINST THE WALL – HELP US

1. l’ambassadeur Robert S. Ford,: classé par raisons 1,4 (b) et (d). 1. (C) le président Bouteflika a plaidé pour que les Etats Unis aident a trouver une percée sur l’impasse au Sahara occidental au cours de la visite d’adieu de l’ambassadeur le 24 Juin . Bouteflika a déclaré que les États-Unis avaient toujours soutenu l’autodétermination, et le changement apparent de sa politique de soutien à la position du Maroc est douloureuse et source de confusion pour les Algériens. Il a ajouté qu’il a fait très attention à ne pas laisser les relations bilatérales souffrir en raison du changement de la politique des États-Unis sur le Sahara occidental, mais avec les États-Unis et l’appui de la France au Maroc, « nous avons le dos au mur. »

2. (C) l’ambassadeur a dit à Bouteflika que les Etats-Unis ont toujours soutenu l’idée d’autonomie comme moyen de surpasser les problèmes d’une manière pragmatique. Il a dit que si les deux parties n’adoptaient pas une attitude réaliste, l’impasse actuelle pourrait durer encore 30 ans ou même plus. L’Ambassadeur a dit qu’il serait mieux pour les réfugiés sahraouis de vivre sous une bonne autonomie plutôt que de continuer à vivre dans des camps de réfugiés. Il a ajouté que les États-Unis n’ont pas demandé au Polisario d’accepter le plan du Maroc, mais d’accepter la négociation sur l’autonomie et de mettre leur propre proposition sur la table. L’Ambassadeur a ensuite dit que les États-Unis seraient en faveur d’un large autonomie. Il a cité l’exemple des Kurdes en Irak qui acceptent de fonctionner au sein d’un Etat irakien uni.

3. (C) Bouteflika a répondu que l’Algérie ne fera pas de compromis sur le droit sahraoui de choisir l’indépendance, ajoutant que les Algériens examinaient cette question sur le plan du principe. Les Etats puissants ne devraient pas se permettre d’écraser les faibles. Bouteflika a déclaré que les États-Unis ont appuyé l’indépendance du Timor oriental et, par conséquent devraient également soutenir les Sahraouis. Le Polisario a sa propre influence diplomatique sur le continent africain, at-il ajouté, qui est quelque chose que L’Algérie ne peut simplement pas ignorer. Bouteflika a déclaré que les Marocains avaient commis une erreur en liant la sécurité du trône au Sahara occidental. L’Algérie n’a pas cherché à déstabiliser le Maroc. La stabilité du Maroc, at-il insisté, est essentielle pour la stabilité en Algérie.

4. (C) Bouteflika a déclaré à l’ambassadeur qu’il appartenait aux Sahraouis de décider s’ils veulent ou non l’indépendance, même si le solution finale se fera par étapes sur plusieurs années. Il a ajouté que c’était la raison pour laquelle l’Algérie a accueilli avec entoushiasme le plan Baker. Après que l’ambassadeur ait souligné que le plan Baker n’avait pas généré un mouvement vers une solution, Bouteflika a de nouveau plaidé pour que les États-Unis aident à sortir de l’impasse actuelle. 5. (C) Commentaire: Il est clair que Bouteflika ne fera pas des pressions fortes sur les Sahraouis pour qu’ils discutent seulement avec les marocains de l’autonomie; les Algériens nous ont dit la même chose au cours des neuf derniers mois. Cela dit, comme il l’a fait avec AEN Sous-Secrétaire Welch (ref), Bouteflika a indiqué qu’il voulait trouver un moyen de sortir de cette impasse. Il n’y a tout simplement de nouvelles idées sur la façon d’y arriver. FORD

Le Matin d’Algérie, 4 déc 2010
Tags : Maroc, Algérie, Sahara Occidental, Mohammed VI, Abdelaziz Bouteflika,

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.