Note de l'ESISC sur Bernard Bajolet

The European Stategic Intelligence and Security Center a annoncé aujourd’hui à 10:05 que Bernard Bajolet, ambassadeur de la France en Algérie, depuis Novembre 2006 «sera nommé cet été coordonnateur des services de renseignements français auprès de la présidence de la république ».

NOUVELLE BRÊVE DU 26/05/2008

France/Renseignement : un civil sera nommé à la tête de la cellule de coordination des services

Le diplomate français Bernard Bajolet, ambassadeur et Haut représentant de la France à Alger depuis novembre 2006,. Agé de 59 ans, il a été le chef de la section des intérêts français puis l’ambassadeur de France à Bagdad (2003-2006). Il a aussi occupé les postes d’ambassadeur à Amman (1994-1998) et à Sarajevo (1999-2003).

Ancien élève de l’ENA, de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’université de Harvard, Bernard Bajolet a déjà rencontré ces dernières semaines les directeurs de tous les services de renseignement et de contre-espionnage français.

Rappelons que la Direction de la surveillance du territoire (DST) et les Renseignements généraux (RG), qui seront regroupés dans la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) à partir du 1er juillet, dépendent  du ministère de l’Intérieur.

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction du renseignement militaire (DRM) et la Direction de la protection et de la sécurité de la Défense (DPSD) dépendent quant à eux du ministère de la Défense.

La création de ce nouveau poste de coordination des services est prévue dans le Livre blanc sur la Défense et la Sécurité nationale qui sera présenté officiellement dans le courant du mois de juin.

Pour rappel, cette mission incombait auparavant au Secrétariat général de la Défense nationale (SGDN). Si la fonction sera donc inaugurée par un civil, elle pourrait cependant revenir à l’avenir à un militaire.

Tags : France, SGDN, DCRI, DGSE, DST, Bernard Bajolet, services secrets,

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.