La disparition calculée de Lalla Salma du Maroc après le divorce

Source : Vanitatis 11.05.2018

Cette semaine, l’héritier accomplissait 15 ans et, elle, 40, mais cela ne l’a pas sortir de l’ostracisme. Il ne sera peut-être jamais revu, comme cela s’est passé avec la mère de Mohamed VI.

La Princesse Lalla Salma du Maroc est officiellement disparue, si l’on se réfère à la définition formelle du dictionnaire (sur une personne dont le sort est inconnue). Elle n’a pas été vue en public depuis octobre 2017, à Marrakech. Il n’y a même pas eu un clin d’œil cette semaine, particulièrement importante pour la famille parce que le prince Moulay Hassan a eu 15 ans (le 8 mai) et elle, la femme du roi, 40 (le 10). L’ostracisme est la confirmation officielle que Salma Bennani deviendra un fantôme, le modus operandi habituel avec les femmes de la cour alaouite qui tombent en disgrâce.

En été de l’année dernière, les médias grecs ont rapporté que la princesse avait acquis une maison en Grèce, sur l’île de Kea. La vente n’a pas laissé de traces: elle s’est déroulée sans agences immobilières et de manière strictement confidentielle. La résidence, qui a coûté 3,8 millions d’euros, dispose de sept chambres, neuf salles de bains, une piscine, un sauna et un garage souterrain pour entrer sans être vu. Son emplacement, sur une colline surplombant la baie de Kúnduros, en fait un endroit idéal pour passer inaperçu avec en face le spectacle de la mer Égée.

Peut-être que le fait que la princesse ait acheté la maison en «solitaire» devait faire présager que les choses n’allaient pas bien dans son mariage avec le roi du Maroc. Ni l’ambassade en Espagne ni la maison royale marocaine n’ont confirmé le divorce du couple, dont le magazine ‘¡Hola!’ s’est fait écho dans sa version numérique il y a quelques semaines. Selon les experts de la cour Alaouite, il n’y a pas de communication et il n’y en aura pas. Pour eux, la véritable confirmation a eu lieu le 27 février, lorsque la maison royale du pays voisin a diffusé une image du roi Mohamed se remettant d’une arythmie dans un hôpital de Paris entouré de toute sa famille. Toute la famille, sauf la princesse Salma.

Salma Bennani va maintenant devoir explorer un terrain inconnu, comme elle l’a déjà fait dans ses premiers moments en tant que princesse. Elle était la première épouse de cette maison royale à avoir un visage et un rôle de représentation. La mère de Mohamed VI, Lalla Latifa, n’a jamais joui d’un rôle institutionnel, ni même révélé son visage, qui, jusqu’à présent, reste anonyme. Quand son fils a accédé au trône après la mort de Hassan II, Lalla Latifa a opté pour l’exil volontaire et a disparu du Maroc. La mère du roi s’installe dans un luxueux manoir en marbre blanc situé dans l’exclusive Neuilly-sur-Seine, dans le quartier parisien des Hauts-de-Seine, où elle reçoit fréquemment la visite de son fils. Les rumeurs disent que Latifa, 75 ans, est partie avec le chef de la garde personnel de Hassan II, Mohamed Madyurí, auquel elle a confié la gestion de ses activités et avec lequel, selon certaines sources, se serait mariée.

En connaissance de cette histoire et d’autres de la cour, Lalla Salma a toujours maintenu les ponts avec sa vie antérieure. Jusqu’à sa séparation, il était habituel de la voir avec ses enfants, le prince héritier et Lalla Khadija, née en 2007, dans la maison que sa grand-mère a gardée dans le quartier de Hay Laqbibat, à la capitale. Ambassadrice de bonne volonté de l’OMS (un titre qui est également suspendu), la princesse a mis l’accent sur la représentation du Maroc à l’étranger, en aidant à briser les stéréotypes sur le pays africain. Son rôle d’ambassadrice et de lutte contre le cancer ont été les deux axes sur lesquels elle a pivoté son travail institutionnel.

Maintenant, ce travail sera à nouveau confié aux puissantes sœurs de Mohamed VI, les autres Lallas: Lalla Meryem, Lalla Asma et Lalla Hasna. Les rumeurs de la cour disent que les belles-sœurs n’ont jamais trop toléré la femme du roi, si différente d’elles. Salma Bennani est en fait un ingénieur en informatique transformée en une princesse qui n’a jamais trouvé sa place dans les vieux engrenages de la monarchie marocaine. Maintenant, elle devra se réinventer à nouveau, en Grèce ou n’importe où ailleurs.

Tags : Maroc, Lalla Salma, Mohammed VI, divorce, Lalla Meryem, Lalla Hasna, Lalla Khadija,

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.