Maroc: Note d’alerte sur la position américaine sur la Guinée Conakry et Dadis Camara

CONTEXTE:

En 2008, le Capitaine Moussa Dadis Camara, devenu Moïse Dadis Camara depuis sa conversion au catholicisme en août 2010, profite du décès du président Lansana Conté pour s’emparer du pouvoir en Guinée Conakry. Sur les antennes de la radio-télévision officielle, il annonce la suspension de la Constitution ainsi que la dissolution du gouvernement et il prononce un discours à caractère social, dénonçant le désespoir profond du peuple de Guinée, la complicité des dignitaires du pouvoir dans le pillage des ressources du pays et leur incapacité à fournir à la population les services de base.

Le 23 décembre 2008, il est porté à la tête du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD). Le lendemain, les forces armées le désignent président de la République de Guinée. Camara promet des élections « libres, crédibles et transparentes » en décembre 2010.

Le 3 décembre 2009, alors que Sékouba Konaté est en voyage au Liban, Moussa Dadis Camara se rend au camp militaire Koundara, base de son aide de camp et chef de la garde présidentielle, Aboubacar « Toumba » Diakité. Dans des circonstances à éclaircir, ce dernier tire sur Dadis Camara et le blesse à la tête. Touché à la tête et au cou, il est transféré le lendemain à Rabat (Maroc), afin d’y être hospitalisé.

Mais, e 12 janvier 2010, à la surprise générale, Moussa Dadis Camara est expédié par Mohammed VI à Ouagadougou, en lui faisant croire qu’il partait pour Conakry. Les autorités burkinabaises ne sont averties qu’au dernier moment, les mettant pratiquement devant le fait accompli. Il y est rejoint par le général Sékouba Konaté, qui assure l’intérim depuis son hospitalisation, pour des négociations sous l’égide de Blaise Compaoré. Un accord est trouvé le 15 janvier 2010, et Camara renonce au pouvoir, officiellement pour des raisons de santé. En réalité, selon les télégrammes de la diplomatie américaine révélés par WikiLeaks, les gouvernements français et américains en accord avec Mohammed VI ont profité de son hospitalisation à Rabat pour lui trouver un successeur et le forcer à l’exil.

— – – – – – – – – – – – – – –

12/9/09

Note d’alerte

Position américaine sur la question Guinéenne

Le Sous-secrétaire d’Etat adjoint au Département d’Etat M. William Fitzgerald, a donné, le 8 décembre, des déclarations à Reuters sur la situation politique en Guinée.

Le secrétaire d’Etat affirme que les Etats-Unis voient dans Sekouba Konate, le Ministre de la Défense, l’homme qui pourrait remettre de l’ordre en Guinée.

M. William Fitzgerald a déclaré :

Nous essayons d’atteindre Konate pour pouvoir lui parler. Nous souhaitons une transition rapide vers des élections ouvertes et transparentes. Si Konate offre quelque chose dans ce genre, on va la prendre très au sérieux.

Fitzgerald ajoute :

Nous étudions toutes les options y compris obliger Camara à rester à l’extérieur de la Guinée.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.