Note de Karim Bouzida sur le sous-secrétaire d'Etat William Burns

Dans cette note envoyée le 29 avril 2008, Karim Bouzida alerte que « William J. Burns s’est présenté aujourd’hui devant la Foreign Relations Committee pour présenter sa candidature au poste de sous secrétaire d’Etat chargé des affaires politiques (en remplacement de Niscolas Burns) ». « Veuillez noter que le plan Baker 2003 a été présenté au moment où William Burns occupait le poste secrétaire d’Etat adjoint chargé du Proche-Orient et du Maghreb / US DEPARTMENT OF STATE », ajoute-t-il.

William Joseph Burns (né le 11 avril 1956) est un ancien agent américain du Service extérieur et président de la Fondation Carnegie pour la paix internationale depuis février 2015. Auparavant, il a été Ambassadeur des États-Unis auprès de la Russie de 2005 à 2008, Sous-Secrétaire d’État aux affaires politiques de 2008 à 2011, et Secrétaire d’État adjoint des États-Unis de 2011 à 2014.

En 2011, il deviendra un fervent défenseur de la monarchie alaouite lors du déclenchement des manifestations du Mouvement 20 Février. Parmi ses titres :

– A model modern Muslim state

– Just another king’s speech?

– Supporting Democratic Transitions and Economic Opportunity in a Changing Middle East

Sa Fondation Carnegie a publié au mois de Janvier une étude qui prévoit une nouvelle phase d’agitation sociale en Algérie durant l’année 2019, en raison de «la gravité de la crise financière à laquelle le gouvernement est confronté depuis 2016 et de la possibilité d’un recours à l’endettement extérieur pour résoudre ses problèmes». Une étude qui a fait beaucoup de bruit à Alger.

5 Comments
  1. […] [2][Note de Karim Bouzida sur le sous-secrétaire d’Etat William Burns] […]

  2. […] [2][Note de Karim Bouzida sur le sous-secrétaire d’Etat William Burns]  […]

  3. […] [2][Note de Karim Bouzida sur le sous-secrétaire d’Etat William Burns] […]

  4. […] [2][Note de Karim Bouzida sur le sous-secrétaire d’Etat William Burns] […]

  5. […] [2] Note de Karim Bouzida sur le sous-secrétaire d’Etat William Burns […]

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.