Gerson Global Advisory, au service du Maroc

L’image au-dessus est celle du passeport appartenant à Sue Mi Terry, haute responsable au Gerson Global Advisors, un bureau américain de Lobbying engagé en 2011 par la DGED marocaine à un moment où le Maroc voulait faire passer la pilule du référendum sur la Constitution et vendre les prétendues réformes politiques et présenter le MAROC comme la version réussie du Printemps Arabe. La mission de GGL était, entre autres :

  1. Présenter le Maroc comme un exemple de Printemps Arabe réussi
  2. L’importance du Maroc en tant que « partenaire sûr et stable en Afrique du Nord et un bastion solide de sécurité contre des situations incertaines en Egypte, en Libye, en Algérie, et dans toute la région MENA», selon une note du bureau.
  3. Promouvoir l’investissement au Maroc
  4. Introduire l’OCP dans l’économie américaine
  5. Arranger des RDV et des rencontres de personnalités marocaines avec des députés, sénateurs, des représentants du pouvoir ou d’ONG’ Parmi ces personnalités: ministre des affaires étrangères, Saadeddine El Othmani, Ahmed Herzenni, président du Conseil National des droits de l’homme, Moncef Belkhayat, ministre de la Jeunesse et des Sports.
  6. Plaider les thèses du Maroc concernant la colonisation du Sahara Occidental.

La nouvelle a été relayé, le 21 juillet 2011, par le magazine Africa Intelligence. «Lobbyiste attitré de Rabat depuis quelques mois, Gerson Global Strategic Advisors s’est attaché les services de Brown Lloyd James pour assurer la communication du royaume aux Etats-Unis. Le plus british des cabinets de relations publiques à Washington – son  fondateur Peter Brown est sujet de Sa Majesté, tandis que son associé  John Watts est l’ex-Special Advisor de Tony Blair – fournit des « conseils en communication stratégique » au ministère marocain des affaires étrangères. Un contrat de 40 000 $ a déjà été signé, et d’autres pourraient suivre », avait-t-il écrit. Africa Intelligence rappelle que BLJ a conduit entre 2009 et 2010 le travail de communication du défunt guide lybien Moamar Gadhafi.

GGA a engagé aussi les services de Kasten & Company (société internationale de banking et consultations), MediaTech Capital Partners LLC (société de propagande médiatique du journaliste Porter Bibb).

Le contact avec le groupe GGA se faisait à travers l’un des employés de la société, Rabie Mansouri.

Les membres de ce cabinet ont été, à plusieurs reprises, invités à séjourner au Maroc aux frais de la DGED.

Les factures ci-jointes, prouvent que d’importantes sommes d’argent ont été versées à GGA. Cet argent qui échappait au contrôle des instances financières du Makhzen (fonds spéciaux), permettait aux proches collaborateurs de Yassine Mansouri, à l’image de Chami Mohamed, son chef de cabinet, et Mourad El Ghoul, de prélever un pourcentage de cet argent qui était destiné à Gerson. Quand le pot aux roses a été découvert par le patron Russ Gerson, il a limogé Rabie Mansouri, l’américain, d’origine marocaine, qui entretenait des contacts assidus avec Mourad El Ghoul.

 

Ahmed Herzenni dans un entretien avec un média américain

 


 

Comments are closed.