La corruption, l'arme létal du Maroc en Afrique

0

La corruption est une maladie très répandue dans le monde. Qu’elle fait des ravages en Afrique plus qu’ailleurs n’est plus un secret pour personne. Au continent noir, elle est beaucoup plus prononcée qu’en Asie ou en Amérique Latine et plus assumée dans la vie quotidienne. Même au niveau des plus hauts responsables.

Cette épidémie qui secoue l’Afrique est bien mise à profit par le Maroc grâce à son expérience en la matière.

Son retour à l’Union Africaine a été le résultat d’une politique de lobbying initiée en 2014 moyennant un travail de coulisse dans chaque sommet de l’organisation panafricaine. Les lignes du plan d’action étaient écrites par Moha Tagma, Directeur des affaires africaines au ministère marocain des affaires étrangères.

Dans une note qu’il a envoyée à son ministre en date du 05 mai 2014, il avance des “propositions relatives à la préparation du prochain Sommet de l’Union Africaine” qui tiendra lieu à Addi Abeba. Il y suggère de remettre “des enveloppes individuelles de 5000 euros pour les amis” et il indique la liste de ces “amis” : Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Gabon, Burkina Faso, Benin, Togo, Comores, Djibouti, Niger, Mali, Erythrée, Gambie, Burundi, RDC, Congo, Cameroun, Guinée Bissau, Guinée Equatoriale (Pays hôte du Sommet), Tchad, Sao Tomé et Principe, Sierra Léone, Liberia, Somalie, Soudan, Madagascar, Malawi, Maurice, Seychelles, Mauritanie (Préside le Conseil de l’UA)”.

Le Maroc tente de dissimuler ses vilaines méthodes mettant en façade un prétendue ancrage éonomique en Afrique.

Il y a lieu de rappeler que dans son offensive africaine, le Maroc jouit du soutien inconditionnel de la France.

Pour lire et télécharger ce document cliquez ici  OU   ici

CALAMEO

Leave A Reply

Your email address will not be published.